AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 MUTINE • Personne ne connaît personne ; tu ne me connaîtras jamais.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
E. Mutine Kneewhaw

avatar

ϟ messages : 7
ϟ pseudo : H0T0X

MessageSujet: MUTINE • Personne ne connaît personne ; tu ne me connaîtras jamais.    Dim 3 Oct - 19:35



KNEEWHAW, ETTIE MUTINE

Qui suis-je ? Et bien, en premier lieu je vous dirai que je ne suis qu'une âme en plus qui ère sur cette maudite Terre attendant désespérément son heure de mort, je vous dirai également que je ne suis rien de plus qu'une pauvre fille pourrie gâtée qui vit dans un monde de luxe et de paillettes, qui a toujours été servit sur un plateau en or, l'une de ses adorables petites bourgeoises qui inondent leurs parents de bonheur et de fierté, faisant partie de celles qui aimeraient par dessus tout être avocate ou architecte, celles qui ont déjà la bague au doigt alors qu'elles ne sont pas encore majeures. Enfin, voilà ce que vous pouvez avoir comme définition de soit-même.
Pour ma part, je suis Ettie, plus communément appelé Mutine Keewhaw, née le 31 octobre 1992 à Bristol même. Ne cachant aucunement mon côté de fille pourrie gâtée par ses parents bien trop riches pour se rendre compte du malaise de leur pauvre petite bichette en perdition dans ce monde noire où alcool et la drogue sont son quotidien, je n'ai jamais eu à me plaindre de qui j'étais ou du moins, jusqu'au retour brutal de mes géniteurs à la maison suite à un faux pas – peut-être celui de trop – dans cette petite vie qui nous était à chacun si parfaite. Depuis, je suis contrainte de partager la maison avec mes parents. Fille unique, je n'ai jamais manqué de rien et cela se sent parfaitement dans ma façon d'être, pouvant paraître superficielle aux yeux des autres de part mes tenues, je ne reste pas moins une jeune femme qui refuse de se confier aux autres, une petite fille douce et sage devant ses parents qui cependant peut s'avérer être un véritable petit démon une fois que ceux-ci ont le dos tourné. Bisexuelle, je n'ai jamais caché mon attirance pour les deux sexes, bien évidemment seuls mes parents semblent ne pas comprendre que lorsque j'invite une amie à dormir à la maison ce n'est pas pour réviser mais bien pour vérifier si son corps est aussi désirable habillé que déshabillé, bien évidement, mon attirance pour les hommes est très certainement beaucoup plus prononcé étant donné qu'il n'y a que deux hommes qui me trottent en tête et envers qui j'aimerai bien goûter ou re-goûter à leurs corps. Étudiante au lycée, j'entame ma deuxième année à Bristol après avoir passé les trois quart de ma scolarité à la maison pour avoir trop souvent été exclue des établissements scolaires. Quoi qu'il en soit, il semblerait que le temps fasse bien les choses puisque je suis une véritable perle si l'on écoute les adulte m'entourant, cependant, méfiez-vous, avoir un visage angélique ne signifie pas toujours que le coeur est tout aussi doux... Il se peut que vous ayez de belles surprises!  
 

As long as we were happy
♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣


Assise dans l'immense salon de notre maison située dans le plus beau et le plus riche quartier résidentiel que Bristol n'eut jamais connu, mes bottes en peau de daim fraîchement sortit de la nouvelle collection signée de chez Dior qui recouvraient mes pieds étaient posées sur la table basse en verre que nous venions à peine d'acquérir, j'étais plongée dans une certaine forme de pénombre, seul le soleil se levant éclairait la pièce. J'étais là, seule, le coeur s'emballant, les mains moites, mon maquillage noir ayant coulé le long de mes joues, comme à mon habitude lorsque je revenais de l'une de ses soirées qui se terminaient aux heures du levé du Soleil, la chaleur de la pièce avait beau me réchauffer ses joues éternellement blanchâtres et froides comme le reste de mes membres, je ne ressentais pas moins une immense froideur à l'intérieur de mon corps, continuellement présente qui ne cessait de s'accroître depuis que mes parents avaient vraisemblablement prit la décision de m'abandonner à mon triste sort alors que je n'étais même pas en âge de savoir que le Père Noël n'existait finalement pas. Cette froideur présente, ne venait non pas du temps hivernal de l'extérieur mais bel et bien du vide que mes parents avaient volontairement ou non provoqué en m'abandonnant en compagnie d'une bonne à tout faire.
Les fenêtres étaient ouvertes et je pouvais parfaitement entendre le chant des oiseaux au petit matin qui égaieraient ma journée, le levé du Soleil était mon moment, celui dans lequel je pouvais me retrouver, le moment le plus calme de la journée, cet instant où toute la maison était encore plongée dans un sommeil profond depuis que mes parents avaient élus de nouveau domicile pensant qu'il serait bons pour eux de passer du temps avec leur fille unique, pourrit gâtée pour avoir cette sensation que ses parents seraient continuellement là, financièrement parlant pour l'aider, j'aimais être assise ici, sur l'immense canapé en cuir que nous venions également d'acquérir , papa, depuis son retour à la maison, avait entreprit de faire des travaux ce qui incluait donc l'achat de nouveaux meubles, le salon sentait le neuf, une odeur que je n'appréciai pas vraiment à la différence de mes parents. Bande de cons!

Fille unique d'un père – auquel je me délectai de lui donner le doux et affectueux surnom de « Paternel » - un peu trop volage portant le doux et honorable nom de « Kneewhaw » celui-ci directeur de firmes multinationale semblait préférer la présence de sa secrétaire et des voyages à l'autre bout du monde plutôt que celle de ma mère, tiens, ma mère, ma mère était l'une des nombreuses filles d'un riche homme d'affaire que je ne pris même pas la peine de connaître et ceux, même après sa mort à laquelle je participais devant son lit d'hôpital, attendant impatiemment qu'il lâche enfin son dernier souffle pour que je puisse enfin m'en aller jouer avec mes poupées acquises en compagnie de Cody - qui est, pour ainsi dire ma plus ancienne des amies, celle à qui il m'est d'ailleurs arrivée de me confier, au départ voisine, je déménageais bien vite dans les quartiers riches de Bristol mais cela ne coupa en rien le lien qui nous unissait, du moins, jusqu'à sa fugue -, Ornélia de son prénom, était aujourd'hui une femme au foyer, ayant, après une multiple tromperie de mon père, décidée de lui poser un ultimatum, ce dernier n'eut d'autre choix que de stopper ses voyages incessants à l'autre bout du monde pour reconquérir le coeur de sa femme qu'il disait aimer par dessus tout, de même, elle décida de ne plus travailler après mon arrestation afin de pouvoir continuellement s'occuper de sa tendre et chère Ettie, aujourd'hui donc, je me coltinais cette bécasse au foyer sur le dos.
Riches, j'avoue ne jamais avoir manqué de rien ou du moins, matériellement parlant, beaux habits, dernières technologies, je n'ai jamais manqué de rien, ma chambre en est la véritable preuve étant donné le nombre de gadgets qui y regorgent. En revanche, si l'on approche un peu plus de ce qui fait d'une famille, une véritable famille, et je parle là d'affection, on se rend rapidement compte que ma bien-aimée maman si je peux l'appeler ainsi, à toujours manifester son amour à mon égard par des objets, des cadeaux, tous aussi brillants les uns que les autres, préférant me laisser me prendre d'affection plus palpable à l'égard d'une nurse qui décida de prendre la fuite une fois que je lui teintai les cheveux en orange. Quant à mon père ? Cet homme volage ? Il ne restait pas moins comme tout les autres, distant, presque froid, et, de ce que je me souviens, les rares fois où j'ai eu une conversation avec lui celle-ci se finissait rapidement en un « Je ne vois pas de quoi tu te plains, tu as tout ce dont tu as besoin. » Avant de claquer la porte derrière lui parce qu'il s'en allait à un voyage d'affaire avec une femme qui aurait pu avoir l'âge d'être ma propre soeur – si toutefois ils avaient décidé de mettre au monde une nouvelle fille -, ma mère ne voyait rien de son petit manège, ou du moins, je la soupçonnai de savoir la vérité mais de ne rien faire par peur qu'il ne l'abandonne sans rien. Quelle conne – du moins, jusqu'à ce qu'après une énième tromperie elle décida de prendre enfin son courage à deux mains - ! Mais sa peine lorsque je la voyais, assise sur notre ancien canapé, un verre de rouge en main, les larmes lui coulant le long de ses joues rosies par le trop plein de fard à joue qu'elle se mettait pour avoir l'air coquète, je n'en avais que faire, à vrai dire, je n'en ai absolument rien à faire, elle avait elle-même décidée d'être la femme d'un mari adultérin – qui l'était encore, je l'avais remarqué lorsque je sortais du lycée et que j'avais vu sa voiture garée dans la ruelle que j'utilisais quotidiennement pour me rendre au domicile familiale, en compagnie d'une toute nouvelle femme -, elle n'avait qu'à en assumer les conséquences! Pour ma part, j'avais bien plus de problèmes à résoudre dans ma putain de vie, alors merde à elle!

Alors que je pensais être paisiblement installée pour une bonne dizaine de minutes encore, j'entendis l'atroce réveil de mon père se mettre en marche, un BIP incessant qu'il n'éteignait qu'au bout d'une dizaine de minutes, j'en avais presque oublié sa présence, revenus après l'ultimatum de ma mère, il décida d'installer son bureau dans l'entreprise qu'il devait diriger à Bristol et envoyer l'un de ses collègues faire les voyages à sa place, prenant une profonde inspiration, je savais que dans peu de temps j'allais devoir faire bonne figure devant cette famille qui s'éveillait. « CHERI! » Hurla alors ma mère qui, de sa suite parentale réveilla très certainement toute la ville de part sa voix stridente, putain que j'étais mieux sans eux dans la maison, au moins j'étais seule, je pouvais rester assise sur mon canapé presque inerte autant de temps que je le voulais, je pouvais emmener qui je voulais dans la maison, faire l'amour avec n'importe quel homme et notamment avec Samuel Hitt, - mon ex petite ami que je ne pouvais cesser de désirer – non pas que j'eusse envie d'une relation avec lui, je ne parle là que du côté sexuel de mon attirance – depuis toujours, Samuel ou le fantasme à l'état pur et très certainement encore un peu plus aujourd'hui alors qu'il était en couple avec une névrosée complète, non pas moi mais bien Adélaïde, cette meuf bizarre que je n'apprécie pas du tout et ça, elle semble bien le savoir! - ou n'importe quelle femme, dans n'importe quelle pièce de la maison, je pouvais me sniffer de la cocke dans les toilettes marbrées de notre demeure, je pouvais faire de la trottinette de part et d'autre du salon en faisant exprès de me cogner à un meuble qui ferait tomber le vase datant du XVIème siècle que papa avait offert à maman pour leurs 20ème anniversaire de mariage sans jamais risquer d'être engueuler ou autre... le bon vieux temps quand ils n'étaient pas là!
Mais tout cela était à présent terminé, il était 7h44 et la maison prenait enfin vie, la lumière du couloir s'alluma alors que je ne bougeais pas de ma place, les yeux rouges, aux pupilles dilatées plongés devant cette immense baie vitrée qui m'était ouverte, je respirai ainsi la liberté, une liberté que je ne pouvais acquérir étant donné ma récente mise sous tutelle pour différentes actions que j'avais commise.
Fille parfaite ? Détrompez-vous, si je vous ai dit que mes parents étaient revenus à la maison pour l'unique raison de me prouver qu'ils étaient encore en vie et ainsi me montrer qu'ils m'aimaient encore, matériellement parlant, je n'ai fait au final, que vous mentir, en effet, il y a de cela trois semaines, j'avais été placée sous tutelle de mes parents après avoir été prise à moitié ivre morte sur le trottoir d'un des quartiers mal famé de Bristol. Mes parents avaient alors compris ma dépendance grave à l'alcool et autres formes de substances illicites, voulant ainsi étouffer l'affaire et faire le moins de bruit possible autour d'eux, ce qui aurait pu nuire à l'image de notre famille et de l'entreprise de papa, ils avaient décidé, d'un commun accord avec le juge, de me placer ainsi sous leur tutelle jusqu'à ce que je sois psychologiquement apte à avoir une vie saine et sereine. Alors, elle est bien loin l'image de la bonne famille Kneewhaw, si le stricte père de ma mère avait sût ce qu'il était advenu de sa petite fille, il s'en serait très certainement retourné dans sa tombe, si ce n'était pas déjà fait!

Niveau scolarité, je l'avais, comme la plus grande partie des enfants, débutée dans une école privée catholique avant d'en être changée pour avoir cracher sur le visage d'une de mes camarades qui avait osé me donner l'agréable surnom de « bâtarde ». Continuant ainsi ma scolarité dans une classe différente, je ne restais que six mois dans cette école avant d'être renvoyée pour m'être bagarrée avec l'une des filles qui se disaient être mon amie, placée dans un nouvel établissement, j'en fus une fois de plus renvoyée pour avoir écrasé mon déjeuner sur le visage d'un jeune garçon de mon établissement et c'est, à cette même époque que je rencontrai John Thider, ce jeune homme que je n'ai jamais cessé de dévorer des yeux mais qui, malheureusement ne vit jamais rien de plus en moi qu'une simple amie ou même, petite soeur, statut qui finalement ne me déplait pas plus que ça. Suite à ce dernier renvoie, mes parents avaient alors pensé qu'il était préférable de me faire suivre des cours à la maison, arrêtant alors l'école j'eus le droit d'avoir une « maîtresse » à la maison. Bien évidemment, le lycée ne fut et n'est toujours pas une partie de plaisir, retournant alors dans un établissement, je n'ai toujours pas été virée de celui-ci et c'est ici que je fis la connaissance Chloée Guillaume, cette garce parfaite que tout le monde trouve aussi gentille qu'un châton endormi, et moi aussi d'ailleurs! Grr ce qu'elle peut m'énerver avec son air mielleux et les regards de merlan frit que John ne peut cesser de lui faire lorsqu'il la voit.

« Chérie! Tu m'as fait peur! » Lâcha alors ma mère tout en allumant la lumière du salon et découvrant ainsi sa fille avachie sur le canapé du salon, le visage pâle et tentant, tant bien que mal de rester éveiller afin de pouvoir trouver la force de se lever et de s'en aller dans sa chambre, sa tunique marinière montant au dessus de ses cuisses et dévoilant presque ses sous-vêtements. « Bon dieu enlèves tes pieds de la table! » Finit-elle par m'ordonner sur un ton presque outré. Soupirant alors, je retirais mes bottes de cow-boys marrons de la table basse avant de finir par me lever du canapé qui avait d'ailleurs la forme de mon derrière. M'approchant alors de ma mère, je ne lui déposai qu'un simple baiser sur la joue pour lui dire bonjour, un simple baiser qui s'apparentait plus à une bise qu'à une toute autre forme d'affection venant de sa part – elle n'avait même pas remarqué le noir qui avant décorait mon visage sur mes mains lorsque je me les passai dans les cheveux -. Finalement, j'entrepris de monter les marches d'escaliers pour arriver à l'étage et ainsi regagner ma chambre, mais putain que c'était difficile lorsque l'on a un taux d'alcool dans le sang qui dépasse celui d'un camionneur.

« Tu es bien matinale ma puce! » Entendis-je alors à l'autre bout du couloir, il s'agissait de mon père, presque amusé de la situation, je lui décrochai un simple sourire avant de m'en retourner vers ma chambre. « Et je peux connaître la raison de cette levée ? » M'interrogea alors mon paternel. M'arrêtant dans ma marche, j'haussais les épaules avant de me tourner vers lui « On est jeudi aujourd'hui, je dois aller au lycée, j'ai un test de mathématique, j'ai donc révisé pendant que vous dormiez. » Lui répondis-je alors sur le ton le plus innocent du monde. Il faut dire que depuis que j'avais été placée sous leur tutelle, mon père semblait avoir prit en compte le fait qu'il était bien père d'un enfant. Continuellement sur mon dos, il s'assurait à ce que je sois présente à l'école et ce, même si je venais à vomir l'alcool que j'avais dans le sang. « Bien! Bonne chance alors pour ton test. » Renchérit-il tout en replaçant sa cravate avant de s'approcher de moi, placée devant ma porte, je semblais avoir beaucoup de mal à faire bonne figure dans l'état dans lequel j'étais. « Et n'oublies pas ce soir nous avons ma soeur qui vient dîner avec ses filles. » Conclu-t-il alors tout en posant un doux baiser sur l'arrière de mon crâne, « Ne t'inquiètes pas William, j'aiderai maman dés mon retour! » Sage fille que j'étais, à croire que cette mise sous tutelle semblait m'avoir été bénéfique au points que je devienne un véritable petit agneau, baliverne, tous aveugles de voir à quel point je n'étais en rien cette petite rose toujours belle et soyeuse. Il ne me restait que trois petites heures avant de m'en aller à l'école pour une nouvelle journée que je qualifierai de merdique du moins, si Callie, ma comparse d'emmerdeuse se décidait de ne pas venir en cours!

Whaou, you're so amazing
♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣


    ANASTASIA KRIVOSHEEVA
    H0T0X – non je ne suis pas toxico! -
    19ans
    Journalière
    J'aime déjà ce forum!
 


Dernière édition par E. Mutine Kneewhaw le Dim 3 Oct - 22:41, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katie Fitch

avatar

ϟ messages : 626
ϟ pseudo : love&carring
ϟ crédit : love&carring
ϟ célébrité : Megan Prescott

Almost honest
relationship:
niveau de débauche:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: MUTINE • Personne ne connaît personne ; tu ne me connaîtras jamais.    Dim 3 Oct - 19:41

Ah Mutine, ma petite création.
Milles bienvenue à toi. Je m'excuse un peu de ne pas avoir fini les relations de Mutine.
Cela ne te dérange pas si je les ajoute la semaine prochaine ?

___________________________
leave the horror here
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
E. Mutine Kneewhaw

avatar

ϟ messages : 7
ϟ pseudo : H0T0X

MessageSujet: Re: MUTINE • Personne ne connaît personne ; tu ne me connaîtras jamais.    Dim 3 Oct - 19:47

Merci beaucoup, je dois dire que le personnage me plait énormément! =)
Pour les relations ça ne me dérange pas du tout, enfin, pourrais-tu me donner juste quelques petites indications sur ses relations si ça te dérange pas ? Du genre avec qui elle s'entend le mieux ou le moins bien, juste des trucs basiques histoire que je situe le personnage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katie Fitch

avatar

ϟ messages : 626
ϟ pseudo : love&carring
ϟ crédit : love&carring
ϟ célébrité : Megan Prescott

Almost honest
relationship:
niveau de débauche:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: MUTINE • Personne ne connaît personne ; tu ne me connaîtras jamais.    Dim 3 Oct - 19:48

En faite, j'avais une idée de personnage, mais j'ai pas tellement réfléchi aux relations avec les autres personnages. >.<

___________________________
leave the horror here
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
E. Mutine Kneewhaw

avatar

ϟ messages : 7
ϟ pseudo : H0T0X

MessageSujet: Re: MUTINE • Personne ne connaît personne ; tu ne me connaîtras jamais.    Dim 3 Oct - 19:50

D'accord =)
Pas de problème. Si ça ne te dérange pas, j'aimerai te proposer certaines idées sur le personnage de Mutine afin que l'on voit si ma vision du personnage va avec l'idée que tu avais de Mutine ^^.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katie Fitch

avatar

ϟ messages : 626
ϟ pseudo : love&carring
ϟ crédit : love&carring
ϟ célébrité : Megan Prescott

Almost honest
relationship:
niveau de débauche:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: MUTINE • Personne ne connaît personne ; tu ne me connaîtras jamais.    Dim 3 Oct - 19:56

Oui dis les mois.
Je sais pas si j'aurais le temps de répondre, puisque je dois partir à l'internat
je te répondrais peut être seulement la semaine prochaine

___________________________
leave the horror here
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
E. Mutine Kneewhaw

avatar

ϟ messages : 7
ϟ pseudo : H0T0X

MessageSujet: Re: MUTINE • Personne ne connaît personne ; tu ne me connaîtras jamais.    Dim 3 Oct - 20:01

D'accord.
Je t'ai envoyé un MP dans lequel j'ai essayé de résumer au maximum comment je voyais Mutine, c'est vraiment du très gros et du très brouillon par contre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eden Lauhs
    ♣ I can live until my thirty five years. It's the death statistics

avatar

ϟ messages : 728
ϟ pseudo : tsu/cam
ϟ crédit : tsugaa
ϟ célébrité : Paul Boche

Almost honest
relationship:
niveau de débauche:
75/100  (75/100)

MessageSujet: Re: MUTINE • Personne ne connaît personne ; tu ne me connaîtras jamais.    Dim 3 Oct - 20:43



Oh une mutine !! Je suis ravie de te voir arrivé parmis nous mademoiselle. C'est un peu ma faute également, j'aurais du compléter ses relations mais je ne l'est pas encore fait. Veux tu que je réfléchisse et que je t'envoi un mp pour te situer un peu au milieu des autres prédéfinis ?

___________________________

    Puisque ici les Dieux nous condamnent.
    Au nom de qui, au nom de quoi ?
    Moi, j'irai tué mon père.
    Non je ne suis pas un ange.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
E. Mutine Kneewhaw

avatar

ϟ messages : 7
ϟ pseudo : H0T0X

MessageSujet: Re: MUTINE • Personne ne connaît personne ; tu ne me connaîtras jamais.    Dim 3 Oct - 20:59

Merci beaucoup =). Si ça ne te dérange pas je voudrai bien. Afin que je centre mieux le personnage =) - surtout que j'ai commencé son histoire ^^ -.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isaac Caldwell
    ISAAC ♣ if i ever feel better

avatar

ϟ messages : 382
ϟ pseudo : vaniania
ϟ crédit : kazumi
ϟ célébrité : ash stymest

Almost honest
relationship:
niveau de débauche:
90/100  (90/100)

MessageSujet: Re: MUTINE • Personne ne connaît personne ; tu ne me connaîtras jamais.    Dim 3 Oct - 21:00

Bienvenue ! (bon choix de PV ! )

___________________________


    Yes i'm a hooligan i don't belive in jesus christ ! I'm the king of the world on my skateboard. Devil is deep inside my mind, i really feel find when i'm bad. I don't give a damn, i'm a hooligan ! You wanna be my friend ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
theresa G. Honeywell

avatar

ϟ messages : 149
ϟ pseudo : Cloporte
ϟ crédit : Twisted
ϟ célébrité : Marloes Horst

Almost honest
relationship:
niveau de débauche:
70/100  (70/100)

MessageSujet: Re: MUTINE • Personne ne connaît personne ; tu ne me connaîtras jamais.    Dim 3 Oct - 21:18


Bienvenue
! [ et pour taper dans l'originalité, bon choix de pv ! ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darcy-Rose Johnson
Dixie Super bitch
avatar

ϟ messages : 480
ϟ pseudo : Lou
ϟ crédit : Union Jack.
ϟ célébrité : Sky Ferreira

Almost honest
relationship:
niveau de débauche:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: MUTINE • Personne ne connaît personne ; tu ne me connaîtras jamais.    Dim 3 Oct - 21:20

Bienvenue dans notre asile =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-of-sunshine.forum-actifs.net
E. Mutine Kneewhaw

avatar

ϟ messages : 7
ϟ pseudo : H0T0X

MessageSujet: Re: MUTINE • Personne ne connaît personne ; tu ne me connaîtras jamais.    Dim 3 Oct - 21:43

Merci à vous trois!
Au passage, Isaac, ton vava est trop cool!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
E. Mutine Kneewhaw

avatar

ϟ messages : 7
ϟ pseudo : H0T0X

MessageSujet: Re: MUTINE • Personne ne connaît personne ; tu ne me connaîtras jamais.    Dim 3 Oct - 22:41

Désolée du double-post, mais je pense avoir terminé ma fiche =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eden Lauhs
    ♣ I can live until my thirty five years. It's the death statistics

avatar

ϟ messages : 728
ϟ pseudo : tsu/cam
ϟ crédit : tsugaa
ϟ célébrité : Paul Boche

Almost honest
relationship:
niveau de débauche:
75/100  (75/100)

MessageSujet: Re: MUTINE • Personne ne connaît personne ; tu ne me connaîtras jamais.    Dim 3 Oct - 23:15



Ok so' débutons par la début sinon je vais m’emmêler.

Pour moi tu fais Mutine un poil trop garce, trop pouffiasse. Mais bon ceci pourrait passer ci malheureusement tu n'avais pas un ou deux contre sens. Il est bien dit dans le scénario qu'elle ne porte que très peu d’intérêt à ses parents. Hors toute ta fiche se base sur sa relation avec ses parents ou presque. Tu leur donne une importance beaucoup trop grande. Ensuite pour ses relations avec les autres pv's, Chloée n'est pas scolarisé au lycée de bristol elle est en candidate libre pour le bac et bosse comme vendeuse. Tu en parle comme d'une élève on dirais. John ne regarderait pas Chloée avec des yeux de merlan frit car si tu avais lue un minimum les pv's pour bien tout cerner, tu aurait vue que la relation chloée/John est très houleuse et compliquée, également qu'il fuit la jeune femme. De plus que Chloée est la petite copine de Callier ;)

Pour finir par pitié relis toi et enlève pleiiiiiiins de virgule pour y substituer des points. Vérifie aussi que tes phrases ont un sens, à force de rajouter des "qui" et "que" on se perd totalement dans ce que tu nous racontes.

Pour ma part c'est donc non pour le moment, il faudrait vraiment que tu revois tout ce que je viens de citer =/

___________________________

    Puisque ici les Dieux nous condamnent.
    Au nom de qui, au nom de quoi ?
    Moi, j'irai tué mon père.
    Non je ne suis pas un ange.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonah Jeremiah Jones
    J.J« Unusual »

avatar

ϟ messages : 729
ϟ pseudo : Kynu'
ϟ crédit : ANNE+NANA
ϟ célébrité : Ollie Barbieri

Almost honest
relationship:
niveau de débauche:
15/100  (15/100)

MessageSujet: Re: MUTINE • Personne ne connaît personne ; tu ne me connaîtras jamais.    Lun 4 Oct - 9:49

J'ai du temps libre, je me lance donc dans le décorticage de la fiche:

Bon, comme Eden, je ne suis pas fan. Mutine est certes un peu "pimbêche" je pense, pas c'est trop accentué dans ta fiche. La relation avec les parents s'avèrent omniprésente dans ta fiche, alors que même s'ils sont importants, Mutine s'en fiche tout de même un peu. Ce sont pour moi les éléments les plus importants.
Ensuite, je suis d'accord sur tout les points avec Eden, donc c'est un non pour moi. Mais je pense que l'avis d'Adélaide, qu'elle te donnera probablement dans le week-end qui vient, sera plus important

___________________________

    NOT THE SAME AS BEFORE ♣️ everything
    is changing with the time. Friends, life. But I still got
    friends in who I can count everyday. I need them.
    They're just my eveything...♣️

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aslinn Henessy
    ASLINN ♣ Loosing mind's child

avatar

ϟ messages : 109
ϟ pseudo : tsu/cam
ϟ crédit : tsugaa
ϟ célébrité : Sky Stracke

Almost honest
relationship:
niveau de débauche:
80/100  (80/100)

MessageSujet: Re: MUTINE • Personne ne connaît personne ; tu ne me connaîtras jamais.    Mer 6 Oct - 23:15



Du fait mademoiselle comptes tu reprendre ta fiche ? Changer de personnage ? nous abandonner ( T-T ) ? merci de donner vite des nouvelles :)

___________________________
------------------------

Aslinn Henessy ~
Il n'est d'autre chose à tuer dans
cette vie que l'ennemi intérieur,
le double au noyau dure.
Le dominer est un art.
A quel point sommes-nous artiste ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: MUTINE • Personne ne connaît personne ; tu ne me connaîtras jamais.    

Revenir en haut Aller en bas
 
MUTINE • Personne ne connaît personne ; tu ne me connaîtras jamais.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» " S'il n'y avait personne sur terre, je resterais. Mais puisque ce n'est pas le cas, je m'en vais. ♦ PRIVATE ~ LILIETH"
» Nemo signifie en latin : personne, nul, pas une personne, sans valeur, méprisable
» A quand l'arrestation de Lucifer en personne?
» Plus rien, ni personne. (libre)
» Chacun sa route chacun son chemin ♫ [ Libre 1 Personne ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♣ Chess mess :: ♣ concernant les personnages :: le laissez-passer pour le paradis-
Sauter vers: