AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 pour faire parler un homme il faut l'habiller, pour faire écouter une folle il faut la laisser s'amuser

Aller en bas 
AuteurMessage
Aslinn Henessy
    ASLINN ♣ Loosing mind's child

avatar

ϟ messages : 109
ϟ pseudo : tsu/cam
ϟ crédit : tsugaa
ϟ célébrité : Sky Stracke

Almost honest
relationship:
niveau de débauche:
80/100  (80/100)

MessageSujet: pour faire parler un homme il faut l'habiller, pour faire écouter une folle il faut la laisser s'amuser    Lun 27 Sep - 0:29





    Je suis debout. Mes cheveux lâchés volettent autours de moi, s’emmêlant sur eux même et autours de mes chats-boucles-d'oreilles. J'observe. Il fait un peu froid aujourd'hui et mon large pull-sweat n'est qu'à moitié utile contre le vent anglais qui souffle. Les gens sont habillés de toutes saisons. Certains portes encore des affaires de pleine été, des shorts des débardeurs. D'autre ont sur leur dos de jolies manteaux pour défier le froid de s'y infiltrer. Moi je les observe. Repliant frileusement mes orteils à l'intérieur de ma paire de bottes. L'aire s'amuse à me caresser la peau à travers mes fins collants et ceci me donne la chaire de poule. J'aime cette sensation. J'aime observer. J'aime voir que tous le monde passe aux files des rues comme une danse étrange, un truc d'art moderne ou conceptuel. L'avantage des journées peu chaude, c'est qu'on a une bonne excuse pour avoir besoin de chaleur. Chaleur humaine j'entend, les autres n'ont pas de valeur à mes yeux. Dans la poche de ma jupe, mon portable fait soudain résonner ses croassement de grenouilles affolées. Mon sourire grandis tel celui d'une enfant à qui on aurait pas oubliée de dire bonjour aux milieux d'une masse d'adulte plus intéressants. Quelqu'un pense à moi. Sans détacher mon regard d'un adorable couple d'amoureux, marchant non pas main dans la mains, mais dans cette proximité intime de deux personnes qui s'aiment, je plonge mes doigt dans le velours noir et en ressort la boîboîte électronique. C'est Isaac qui me propose de le rejoindre dans un magasin pas très loin de là où je suis. Il a quelque chose à me dire. Piquée par la curiosité je m'empresse de répondre que j'arrive et file le rejoindre d'un pas sautillant. Je laisse mes doigts courir contre les façades d'immeuble et de magasin. Observant les couleurs et les formes de toute cette masse de gens évoluant dans un flux constant de fourmilière géante. J'aurais bien envie de me poser pour dessiner ce vas et viens. Mais je me retiens, l'envie de voir Isaac et de savoir ce qu'il a me raconter étant plus forte. Je le retrouve finalement dans un rayon de pull et de tee-shirt pour homme. Venant lui faire un rapide baiser sur la joue et me blottissant quelques instants contre lui, ravie de trouver un peu de chaleur humaine, je le questionne sur cette si importante nouvelle. " Que c'est-il passé, raconte moi raconte moi ! " J'ai cette voix d'enfant trop curieuse presque un peu chieuse qui veux tous savoir. D'un côté il me connais je le lâcherais pas sans avoir eue des réponses à mes questions. Tous en patientent pour qu'il m'avoue tous, j'attrape divers vêtements sur les portant les entassant au creux de mon bras. Tiens ce pull aussi pourrait très bien lui aller. Je m'en saisis et l'attrape par la taille pour le traîner vers les cabines. " Par la même occasion on vas te faire faire un peu de mannequinat, pendant que tu me raconte tous ♥ "


Hj : Bon c'est nul tu m'en excusera j'ai toujours du mal à démarrer un topic ><'

___________________________
------------------------

Aslinn Henessy ~
Il n'est d'autre chose à tuer dans
cette vie que l'ennemi intérieur,
le double au noyau dure.
Le dominer est un art.
A quel point sommes-nous artiste ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isaac Caldwell
    ISAAC ♣ if i ever feel better

avatar

ϟ messages : 382
ϟ pseudo : vaniania
ϟ crédit : kazumi
ϟ célébrité : ash stymest

Almost honest
relationship:
niveau de débauche:
90/100  (90/100)

MessageSujet: Re: pour faire parler un homme il faut l'habiller, pour faire écouter une folle il faut la laisser s'amuser    Lun 25 Oct - 0:11


ASLINN & ISAAC
i'll let you dress me up
Fatigué je me regarde dans la glace de ma salle de bain. J'ai mauvaise mine. Il faut dire que l'histoire de Velvet ne s'arrange pas et j'enrage. Les yeux creux et dans le vague je me glisse dans la douche, l'eau ne peut que me faire du bien. Je me savonne en espérant que mes idées et ma gueule de bois partent en même temps que la crasse accumulée par un passage pendant la nuit collé contre différents corps à suer et à faire des choses pas très avouables. Frais et dispo, après avoir rangé mon appartement et fais la vaisselle, je sors de chez moi et me dirige vers le centre de Bristol. Le vent d'octobre me fait frissonner, ma veste en cuir non fermée laisse passer trop de froid pour mon pauvre tee-shirt. C'est donc grelottant que j'arrive près d'une enseigne très connu, j'y achète un chocolat chaud ce qui me fait penser à Aslinn.

Aslinn, gentille petite chose de dix-sept ans qui a un côté artistique indéniablement génial. Ses problèmes totalement différents aux miens nous on réunis, le Folle et le Roi, amis. Et puis d'un mouvement impulsif je sortis mon téléphone et envoyait un sms à ma petit As, pour lui donner rendez-vous à H&M, vu que je trainais devant avec mon verre en carton vide de chocolat. Je le jetait pour échapper du froid mordant en entrant dans la boutique. Pour ne pas avoir l'air d'un con, je vais directement au rayon homme. Alors que je regardais d'un œil vide les différents vêtements, tout était d'une banalité terrible. Je m'enfilais dans le rayon pull quand une jolie tête blonde vint me rejoindre, une légère étreinte et un baiser sur chaque joue.

« Que s'est-il passé, raconte moi, raconte moi ! »

Avant que je puisse ne serait-ce que lui demander si elle allait bien, Aslinn me prit par le bras, ayant déjà par enchantement des milliers de vêtements dans les main, m'entrainant d'un pas sautillant vers les cabines d'essayages.

« Par la même occasion on vas te faire faire un peu de mannequinat, pendant que tu me raconte tout »

Je soupirais et me laissais guider, premièrement jusqu'au cabines, Aslinn le visage joyeux et très intéressé. Elle me tendit tout d'abord un pull mais je savais qu'au bout de ses lèvres elle voulait savoir ce qu'il se passait avec Kalvin. Mais le voulait-elle vraiment ? Je savais qu'elle pensait encore que Velvet était ma princesse, et que Kalvin aurait bien du mal à devenir comme elle.

« Je suppose que tu veux tout savoir ? Mais tu sais qu'une princesse à du mal avec des histoires de deux garçons ! »

Aslinn bouda un moment, et puis ne pouvant plus tenir, parce que oui, je ressentait de l'excitation de raconter mon histoire. Je lui dévoilais ce qu'elle voulait savoir.

« Je l'ai enfin embrassé. »

___________________________


    Yes i'm a hooligan i don't belive in jesus christ ! I'm the king of the world on my skateboard. Devil is deep inside my mind, i really feel find when i'm bad. I don't give a damn, i'm a hooligan ! You wanna be my friend ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aslinn Henessy
    ASLINN ♣ Loosing mind's child

avatar

ϟ messages : 109
ϟ pseudo : tsu/cam
ϟ crédit : tsugaa
ϟ célébrité : Sky Stracke

Almost honest
relationship:
niveau de débauche:
80/100  (80/100)

MessageSujet: Re: pour faire parler un homme il faut l'habiller, pour faire écouter une folle il faut la laisser s'amuser    Mer 3 Nov - 20:00



Parce que c'est d'absolu dont j'ai besoin. pas de déformation, pas d'autre transcription. Je veux l'amour absolue, l'art total, la paix intégral. Cela n'a à mes yeux pas de prix, pas d'égale. Des gens qui se meuvent dans le temps et l'espace. La vie en masse. Dépareiller, pas au points de s'anhiler juste de coexister. Un grand magasin comme ce que j'ai sous les yeux. Autoroutes d'acheteurs fous oubliés des Dieux. Les cabines d'essayages sont des mini enfers. L'avalanche de critiques et commentaires. Comme autant de jugements qui nous mettent à terre. J'aimerais bien ouvrir les rideaux, jartés les badaux ne garder que les gens beaux. De l'intérieur. Ce à qui on dit pas d'aller voir ailleurs. Mais parce que trop souvent on me dit un peu folle un peu naïve. Trop gamine et capricieuse, une braillarde chétive. Je me tais. Je ferme mes lèvres cramés d'espoir, d'utopie trop pas assez noirs pour leurs pensées. Et je souris. Je rigole entre amertume et amusant cynique de ce que me dit mon vis à vis. « Je suppose que tu veux tout savoir ? Mais tu sais qu'une princesse à du mal avec des histoires de deux garçons ! » « Le corbeau dira toujours que notre étoile ne se dédouble qu'une fois, par trois. Pour ça que les fausse princesse ont froid. Et que leurs princes ne respectent aucunes lois. » Le tissu de coton tissé quitte mes doigts fins pour venir se nicher dans ceux d'Isaac. Je me recule le temps qu'il l'enfile, lissant les plis de ma jupes avec applications. J'aime pour certains vêtements, pas tous car trop souvent je suis brouillonne et désordonnée, que les choses soient bien place. Négligée dans mes cheveux emmêlés, dans mes bottes au cuir râpé. Mais ça n'a pas un semblant d'importance, mes passe-le-temps sont contradictoires avec moi. Soit. C'est ce qui fait mon charme. Il ressort le pull sur les épaules. J'observe, fronce le nez alors que je constate que la teinte de noir un peu verdi lui donne un vague air maladif. Celui-ci repartira directement d'où il viens. Un sourire dans son regard stop la suite de mes élucubrations hagard. Penchant la tête comme un chaton j'attend la révélation. « Je l'ai enfin embrassé. » « Il faut avoir la foie. Dit mais tu n'aimes plus ta princesse ? Le pull ne va pas essai celui là. Ou bien est-il ta moitié et elle n'était qu'une sorcière déguisée en fée ? En tous cas je suis contente que tout cela avance. » De quelques pas je viens vers lui, lui présente un pull de coton gris taché de bleus faussement usée. À nouveau viens poser sur sa joue un baiser délicat. Il faut toujours prendre garde lorsqu'on embrasse ceux qu'on aime, à être pétale et non trop épine. La rose sinon devient ronces. « Mais, s'il est si timide, comment à t-il réagis à tous ça ? »

___________________________
------------------------

Aslinn Henessy ~
Il n'est d'autre chose à tuer dans
cette vie que l'ennemi intérieur,
le double au noyau dure.
Le dominer est un art.
A quel point sommes-nous artiste ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: pour faire parler un homme il faut l'habiller, pour faire écouter une folle il faut la laisser s'amuser    

Revenir en haut Aller en bas
 
pour faire parler un homme il faut l'habiller, pour faire écouter une folle il faut la laisser s'amuser
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» CILLIAN ♦ « L’homme n’est pas né pour le repos. »
» Il faut de tous pour faire un monstre [pv Elle]
» Faut-il vivre pour manger ou bien manger pour vivre ? [ Marie Thérèse ]
» Nouvelle capacitée: Faire parlez son corbeau
» Brooke Lilah Johansen ♣ il faut vivre pour ne pas mourir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♣ Chess mess :: ♣ i knew you were going to bristol :: shopping addiction. :: H&M Hennes-
Sauter vers: