AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 de toute façon partit pour comme ça l'est... ( close )

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Matthew Wolden

avatar

ϟ messages : 235
ϟ pseudo : nevada
ϟ crédit : tsugaa
ϟ célébrité : sylvester ulv

Almost honest
relationship:
niveau de débauche:
98/100  (98/100)

MessageSujet: de toute façon partit pour comme ça l'est... ( close )   Dim 19 Sep - 15:10



(c)lonely angel

Matthew vit Eden le regarder surprit. Surprit? Non estomaqué. Néanmoins le blond saisit sa main et ils se tirèrent en vitesse. Traversant le couloirs puis le hall; Matt' regarda la sécurité débarquer. Il se précipita vers la voiture; ouvrant la portière du volant il laissa Eden se jeter au travers pour atteindre le siège passer. Il se jeta dedans et fermant la porte il démarrait déjà. Les pneus crissèrent sur le bitume; et regardant dans le rétro il vit les hommes les regarder s'échapper. Il soupira. Il est vrai que frapper ce type était vraiment pas intelligent, et alors? Il sentit les doigt d'Eden quitter sa main. Son regard tomba sur leurs mains encore l'une dans l'autre; au moment où Eden le lâchait. Matt' la décala plus loin sur le volant légèrement gêné. Il tourna violemment à l'angle d'une rue. Que lui prenait-il? Non plutôt que signifiait cette soirée? Pourquoi tout allait-il si mal ce soir?

Encore une fois pour cette nuit, ils étaient tous les deux dans la voiture, le silence régnait. Pourtant Matty ne fit rien pour le faire disparaitre. Il reprenait sa respiration, roulant au hasard dans les rue de Bristol. Sa voiture étant l'une des seules de sortie à cette heure-ci. A l'église il devait y avoir encore une ambiance électrique. Toute la jeunesse était là-bas ce soir. « Te reste pas de la coke dit ? » La voix d'Eden coupa ce silence. Matty tourna la tête vers lui. Regardant son œil gonflé, les bande de stripes et le pansement camouflant la blessure. Il le regarda quelques instant avant de regarder de nouveau la route. « Non...et puis pas pour toi de toute manière... » dit-il d'une voix blanche. Il n'ajouta rien. Pourquoi lui refuser de la coke? Bon certes il n'en avait plus mais pourquoi avoir rajouté cela? Pourquoi se soucier de lui? Il garda le regard fixé sur la route, commençant à se dire qu'il devrait vraiment laisser Eden sur le coté de la route, loin de lui. Oublier tous ces trucs au fond de lui...



nul désolé :/

___________________________

    ♛ MATTHEW WOLDEN « Alors moi je t’ai cru. A chaque fois que j’essaye de passer à autre chose, tu es là. Alors réfléchis bien. Interroge ton cœur, je sais que tu en as un. Et dis-moi si les sentiments que tu as pour moi sont sincères ou si tout ça n’est qu’un jeu. S’ils sont sincères, on trouvera une solution.... 3 words, 8 letters and I’m yours. »« Ce n’est qu’un jeu. Je déteste perdre. Tu peux partir. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eden Lauhs
    ♣ I can live until my thirty five years. It's the death statistics

avatar

ϟ messages : 728
ϟ pseudo : tsu/cam
ϟ crédit : tsugaa
ϟ célébrité : Paul Boche

Almost honest
relationship:
niveau de débauche:
75/100  (75/100)

MessageSujet: Re: de toute façon partit pour comme ça l'est... ( close )   Lun 20 Sep - 18:37


    Il roule dans la ville sans rien dire. Nous sommes presque les seuls aux travers des rues. Tous les jeunes sont surement au purgatory. En tous cas tout ceux que l'on peux croiser à plus d'une heure du mat'. Qu'elle mauvaise soirée vraiment. J'aurais tellement préféré ne pas croiser le chemin de Matt et de Dixie. j'en viendrais presque à me demander si je n'aurais pas mieux fait de rester avec Noxalis et Apollo. J'aurais bien croisé Cook, Maxxie ou encore Isaac. Ou bien j'aurais dut trainer Noah à cette fête. Oh oui ma soirée se serais tellement mieux déroulée si je n'avais pas eue la stupide idée de provoquer Matt. Quel con je fait ! Je ne n'était pas n'étais pas blessé par le si susceptible orgueil de ce gros connard je serais tranquillement entrains de danser avec des amis ou un beau mec. Mais non. Je dois bien reconnaitre que mon attitude a cette fâcheuse manie de changer, et pas en positif, dès qu'il s'agit de Matt. Matthew. Matthew Matthew Mattheuuuuuuuuw ! MATTHEW ! Je ferme les yeux en me passant la main dans les cheveux. La lassitude m'envahie. Grossissant lorsqu'il me répond avec la douceur d'une baffe. « Non...et puis pas pour toi de toute manière... » Je serre les dents. Ce n'est pas comme si je n'avais l'habitude ok. Ok ! Oui mais, merde ! Ça fait mal quand même. Évidement mon sourire s'évanouis, et l'impression de vague complicité criminelle ressemble soudain plus à de l'écume. À peine la voit-on qu'elle disparait... Sans est trop. « Oh. Bah écoute... Fuck you. Ok ? Si tu en as pas inutile d'ajouter " surtout pas pour toi " ! C'est pour quoi que tu es aussi dégueulasse ? Tu me défend puis tu me jette ! T'as tes règles ou quoi ducon pour changer d'humeur plus vite qu'une trotteuse de réveil ?! C'est pas parce que monsieur maintenant sais que je l'aime que tu peux te permettre de me traiter comme un chien ! JE NE SUIS PAS UN CHIEN ! Trop de gens me traite comme tel ! Au nom de dieu, de la moral ou que sais-je encore ! Mais toi espèce de petit merdeux, trouillard sans nom je ne te permet PAS de me trainer plus bas que terre ! Je ne te laisserais plus le faire ok ?! Si tu veux être un connard soit le jusqu'au bout ! Envoi moi chier sans modifier ton putain de comportement en fonction du moment. Je t'embrasse ! TU m'embrasse ! Et après tu fuis comme un putain de lâche, pire qu'un puceau paniquant la première fois qu'il bande pour une midinette ! Je ne suis pas un punching-ball est-ce bien clair ?!! Il y a déjà pas mal de monde qui considère que si merci ! Bordel mais qu'est c'que j'ai bien pus te faire pour mériter ça ? QU'EST C'QUE J'AIS FAIT ?!!! Je t'ai juste aimé... Juste ça. Je t'aime. Est-ce si condamnable ? » Les larmes aux bords des yeux, je me mord violemment la lèvre. Ma respiration heurtée. « Arrête la voiture je veux descendre. S'il te plait. » Je n'en est rien à faire d'être en plein campagne. Tempi je rentrerais à pied. Ou bien je retournerai à la skins et me défoncerai bien comme il faut. Je me souviens d'un coup que j'ai des extas dans la poche. je m'empresse d'y glisser la main et d'avaler une pilule, ne lui jetant aucun regard. Mes mains trembles, je sens les larmes brulantes glissaient en silence sur mes joues pâles. Contraste saisissant, comme une preuve tangible qu'à l'instant je suis bien vivant et que tout cela est réel. J'ai horriblement mal à la gorge tout à coup.

___________________________

    Puisque ici les Dieux nous condamnent.
    Au nom de qui, au nom de quoi ?
    Moi, j'irai tué mon père.
    Non je ne suis pas un ange.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthew Wolden

avatar

ϟ messages : 235
ϟ pseudo : nevada
ϟ crédit : tsugaa
ϟ célébrité : sylvester ulv

Almost honest
relationship:
niveau de débauche:
98/100  (98/100)

MessageSujet: Re: de toute façon partit pour comme ça l'est... ( close )   Lun 20 Sep - 19:18


Matthew continue de fixer la route, ne faisant pas attention au regard d'Eden. Ne prévoyant pas la prochaine tirade qui allait s'ensuivre. « Oh. Bah écoute... Fuck you. Ok ? Si tu en as pas inutile d'ajouter " surtout pas pour toi " ! C'est pour quoi que tu es aussi dégueulasse ? Tu me défend puis tu me jette ! T'as tes règles ou quoi ducon pour changer d'humeur plus vite qu'une trotteuse de réveil ?! C'est pas parce que monsieur maintenant sais que je l'aime que tu peux te permettre de me traiter comme un chien ! JE NE SUIS PAS UN CHIEN ! Trop de gens me traite comme tel ! Au nom de dieu, de la moral ou que sais-je encore ! Mais toi espèce de petit merdeux, trouillard sans nom je ne te permet PAS de me trainer plus bas que terre ! Je ne te laisserais plus le faire ok ?! Si tu veux être un connard soit le jusqu'au bout ! Envoi moi chier sans modifier ton putain de comportement en fonction du moment. Je t'embrasse ! TU m'embrasse ! Et après tu fuis comme un putain de lâche, pire qu'un puceau paniquant la première fois qu'il bande pour une midinette ! Je ne suis pas un punching-ball est-ce bien clair ?!! Il y a déjà pas mal de monde qui considère que si merci ! Bordel mais qu'est c'que j'ai bien pus te faire pour mériter ça ? QU'EST C'QUE J'AIS FAIT ?!!! Je t'ai juste aimé... Juste ça. Je t'aime. Est-ce si condamnable ? ... Arrête la voiture je veux descendre. S'il te plait. » Le début avait interpellé Matty, tournant le visage vers le blond il l'avait vut hors de lui. Si au fond il se demandait pourquoi il réagissait ainsi, en surface il restait le même. Il fixa la route l'écoutant. Attendez "maintenant que monsieur sait que je l'aime"? Heu... c'est quoi ce délire. Comment ça il l'aime? Les paroles qu'il avait prononcé a la skins lui revinrent en mémoire; il avait jamais songé être si près du but. Il rata quelques phrases de la tirade d'Eden bien trop choqué de sa découverte. Il reprit le file de son discours. Mais enfin il n'avait pas voulut être méchant. Pas l'instant là. Et puis quoi? Depuis quand se sentait-il en pouvoir de lui dire ses quatre vérité? Trouillard? Ho qu'il se calme. Il ouvrit la bouche pour l'envoyé chier, pour lui dire de fermer sa p*tain de gueule, pour qu'il arrête de se penser assez bien pour lui faire la parole. Mais rien ne sortit, incapable. La suite de toute façon le glace. C'est trois mots. " Je t'aime". Comment ça? Comment pouvait-il? Qu'avait-il fait?

Matt' ne comprenait rien. Pourquoi, comment Eden pouvait-il être amoureux de lui? C'était un pure connard. Il se sentait perdu. Mais finalement un sourire fendit son visage, ni provocateur, ni chieur; un sourire juste un peu amusé. Il tourna la visage vers Eden sans pour autant ralentir ou arrêter la voiture. « Je ne t'envoyais pas chier... là. Mais tu es mignon avec cet air énervé. » Il regarda de nouveau la route, continuant de tourner sur la route, s'enfonçant hors de Bristol. Il fixait le pare-brise. « Et... je m'excuse. Je ne pensais pas que cela te touchais autant. Je m'excuse d'être comme ça et d'avoir agit ainsi. Je voulais pas te blesser. Je ne disais pas ça pour te faire chier , c'était... juste pour toi. La drogue c'est pas super classe lorsqu'on viens de se faire exploser la tête...mais je vois que tu as de quoi remédier à tes besoins tous seul...» déclara t-il sans rien ajouter. Il ouvrit légèrement la fenêtre, il avait chaud, étouffait presque à l'intérieur...

___________________________

    ♛ MATTHEW WOLDEN « Alors moi je t’ai cru. A chaque fois que j’essaye de passer à autre chose, tu es là. Alors réfléchis bien. Interroge ton cœur, je sais que tu en as un. Et dis-moi si les sentiments que tu as pour moi sont sincères ou si tout ça n’est qu’un jeu. S’ils sont sincères, on trouvera une solution.... 3 words, 8 letters and I’m yours. »« Ce n’est qu’un jeu. Je déteste perdre. Tu peux partir. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eden Lauhs
    ♣ I can live until my thirty five years. It's the death statistics

avatar

ϟ messages : 728
ϟ pseudo : tsu/cam
ϟ crédit : tsugaa
ϟ célébrité : Paul Boche

Almost honest
relationship:
niveau de débauche:
75/100  (75/100)

MessageSujet: Re: de toute façon partit pour comme ça l'est... ( close )   Lun 20 Sep - 19:42

    « Je ne t'envoyais pas chier... là. Mais tu es mignon avec cet air énervé. » Atterré. Je suis juste atterré là. Il n'arrête pas la voiture ! Je commence à ouvrir la bouche comptant lui re-réclamer de stopper la voiture. Ignorant méticuleusement toute pensées qui me ramène au fait débile qu'il m'es dit que j'était mignon alors que je suis en larme. Il renchérie avec une tirade que franchement je ne m'attendais jamais a entendre dans la bouche de Matt. « Et... je m'excuse. Je ne pensais pas que cela te touchais autant. Je m'excuse d'être comme ça et d'avoir agit ainsi. Je voulais pas te blesser. Je ne disais pas ça pour te faire chier , c'était... juste pour toi. La drogue c'est pas super classe lorsqu'on viens de se faire exploser la tête...mais je vois que tu as de quoi remédier à tes besoins tous seul...» J'essuie mes larmes d'un revers de bras, renifle en me traitant mentalement de con. Pour le coup je suis radicalement calmé. Je me contente d'observe le paysage qui défile, tournant et retournant dans ma tête ce que je pourrais bien lui répondre. Je remarque qu'on s'éloigne de plus en plus de Bristol. Il n'y a plus aucunes lumières qui éclairent la route, les phares de la voiture sont comme deux lucioles géantes émergeant de l'obscurité. Cette atmosphère finie de me calmer, et j'essuie alors les dernières larmes qui roulées sur mes joues. Je me suis replié sur moi même, décorticant tout ce que Matt viens de me dire. Je me sens perdue, confus. Je ne sais plus quoi faire. J'ai envie de partir et envie de rester. Je me demande aussi pourquoi Matt continue à s'enfoncer comme ça dans la campagne anglaise. Si on se retrouve à cour de carburant on vas être bloqué ici. « Matt, tu nous emmène où là ? » Je parle en mesurant mes mots, calme, coupable aussi de m'être autant énervé. Je tourne le regard vers lui enfin, détaillant ses traits. Au moins maintenant le doute n'est plus permis, il sait que je l'aime. C'est drôle, je pensais que se serait un truc catastrophique mais en fait le calme qui m'habite pour l'instant m'étonne énormément. Bon gardons au mieux ceci et attendons de voir ce qui vas suivre. Cette soirée ressemble à un plongeons vertigineux au milieu de mes pires cauchemar et meilleurs rêves. Bah oui quand même, coincé en pleine campagne, déserte, en pleine nuit seul avec Matt... Je m'égare là... Les hormones adolescentes décidément ça vous travaille toujours au mauvais moment !


très nul navré

___________________________

    Puisque ici les Dieux nous condamnent.
    Au nom de qui, au nom de quoi ?
    Moi, j'irai tué mon père.
    Non je ne suis pas un ange.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthew Wolden

avatar

ϟ messages : 235
ϟ pseudo : nevada
ϟ crédit : tsugaa
ϟ célébrité : sylvester ulv

Almost honest
relationship:
niveau de débauche:
98/100  (98/100)

MessageSujet: Re: de toute façon partit pour comme ça l'est... ( close )   Lun 20 Sep - 20:16


Pourquoi s'excuser? Matty ne s'excusait jamais, Matt' était toujours respecté, il avait toujours le dernier mot, il avait toujours le mot qui faisait le plus mal, il avait toujours l'air méchant, l'air intouchable, toujours savoir comment atteindre. Et là il s'excusait. Pourquoi? « Matt, tu nous emmène où là ? » Matthew tourna la tête vers le blond puis regarda de nouveau le pare-brise. Sans répondre pour autant. Il pensait à sa phrase " nous emmène où..." Le Nous. Etait-ce car il venait de lui dire qu'il l'aimait qu'il avait l'impression que ça changeait quelque chose? « Loin de ma réputation... » Sa voix brisa le silence. Il ne tourna pas la tête vers Eden. Il continua de fixer cette route sombre, noir, et la lune plus haut qui les éclairait faiblement. Loin. Oui loin de Bristol, loin de la ville où il n'arrivait à vivre qu'en étant un connard, loin de lui-même, loin de tous. Il alluma la musique, le silence disparaissant avec des accords de guitare.

Au bout de même pas une minutes Matthew engagea la voiture sur un sentier, entre quelques arbres; il coupa ensuite le moteur. La musique cessant à l'instant même où cela fut fait. Il posa sa tête sur son siège puis sortit dans la nuit. Il s'avança dans le noir, juste devant le capot. Son regard posé sur Eden toujours à l'intérieur. Replier sur lui-même sur ce siège, assis là. Son arcade encore et toujours bleue, son air renfrogné, ses joues encore humide. Il là Matt' réalisa lui pire sans doute pour lui-même. P*tain; je l'aime. Il se passa une main sur la nuque, pourtant , là, loin de tous. Il n'était pas si mal que ça, il se disait juste que c'était impossible, qu'il pouvait pas être amoureux. Car être amoureux c'était le pire pour lui, c'était dépendre de quelqu'un d'autre, c'était devenir faible et il ne l'avait jamais été. Il continua de fixer Eden à l'intérieur de la voiture encore allumé; lui camouflé par la nuit noir.

___________________________

    ♛ MATTHEW WOLDEN « Alors moi je t’ai cru. A chaque fois que j’essaye de passer à autre chose, tu es là. Alors réfléchis bien. Interroge ton cœur, je sais que tu en as un. Et dis-moi si les sentiments que tu as pour moi sont sincères ou si tout ça n’est qu’un jeu. S’ils sont sincères, on trouvera une solution.... 3 words, 8 letters and I’m yours. »« Ce n’est qu’un jeu. Je déteste perdre. Tu peux partir. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eden Lauhs
    ♣ I can live until my thirty five years. It's the death statistics

avatar

ϟ messages : 728
ϟ pseudo : tsu/cam
ϟ crédit : tsugaa
ϟ célébrité : Paul Boche

Almost honest
relationship:
niveau de débauche:
75/100  (75/100)

MessageSujet: Re: de toute façon partit pour comme ça l'est... ( close )   Lun 20 Sep - 20:53

    « Loin de ma réputation... » Ça veux dire quoi ça ? Je ne comprend vraiment plus rien là. Il continue de rouler fixant obstinément l'asphalte nue. Moi j'ai ramené mes jambes contre moi alors qu'il s’arrête au milieu d'un sentier encore plus isolé. Je pourrais prendre peur, un peu. Mais non je me sens tellement paumé que le reste de mes émotions semble anesthésiés. Il s'appuie contre son siège en soupirant, je le regarde du coin de l'oeil. Je ne suis plus capable de prononcer le moindre son. En plus ma gorge me brûle. Je n'aurais pas du tan crier, c'est bien fait pour ma gueule. Pourquoi est-c'qu'il s'est excusé ? Pourquoi est-c'qu'il nous a emmené là en rase campagne, où les seul voisins sont deux arbres à moitié mort, et la lune. Il sort à l'extérieur. Le noir dehors est totale aussi en s'extirpant du halo de lumière de l'habitacle il se soustrait à mon regard. Je passe les bras autours de mes jambes après avoir détaché ma ceinture. Je tend l'oreille, attentif à ce qu'il pourrait bien faire. Le coeur battant la chamade je m'interroge, les émotions partant et ra-flouant comme un cycle de marée déréglé. Colère, peur, perplexité, douleur et apaisement. S'il ne m'a pas rejeter, c'est au moins qu'il me pardonne de l'aimer ? non ? Je crois bien, enfin non je suis pas sûre. mais j'aimerais bien. Pouvoir rester son ami, enfin plutôt le devenir. parce qu'on à jamais été vraiment amis avec Matt n'est ce pas ? On a toujours ressemblés à deux chiens qui se chamaillent. Cette idée me fait un peu sourire. Je pose le menton sur mes genoux, les bras resserrant l'étreinte autours des mes jambes. Je me sent maigre et faiblard à cet instant. Mais aussi bien, terriblement bien. Je ne le vois pas mais j'en suis sure, il me regarde dans le noir. Alors je fixe l'obscurité, je n'ai pas besoin de le voir pour le regarder. Je sais parfaitement l'imaginé les yeux fermer. Je lui souris, un sourire doux, aussi rassurant que possible. Essayant de le remercier d'accepter, de dire que je comprend qu'il est déjà pardonné. Qu'on pourrait devenir ami. Je pourrait même l'aider avec Dixie tiens. Pourquoi pas, il me suffirait d'enterrer bien profond mes sentiments pour lui et de me concentrer sur quelqu'un d'autre. Mon sourire s'attriste un peu, mais je ne m'en rend pas vraiment compte. Pourtant là maintenant, mes sentiments non jamais été aussi fort aussi tendre envers lui. Je voudrais pouvoir juste retracer les lignes de son visage du bouts des doigts. Me plonger dans ses yeux, m'y noyer un moment. Et puis quitter ce jolie rêve. Ensevelir le goût de ses lèvres sous celui de centaine d'autres, éteindre le feu qui me ronge si délicieusement les entrailles avec la douceur ouatées d'autres amours. Laissez moi juste, encore quelque seconde. Encore quelques instant dans ce jeu de lumière et d'obscurité qui nous défini au final si bien. moi trop exposé à la lumière des autres, qui essai d'éclairer les chemins. Et toi si sombre et si renfermer, ne laissant rien filtrer de toi même. Je veux encore ne serais-ce qu'une minute à l'imaginé dans le noir et quitter cette endroit hors du temps sans rien dire. Accepter que l'amour c'est ainsi, entre clarté et ténèbres, parfois il faut juste accepter d'éteindre la lumière. Et en sourire. En sourire quand même.

___________________________

    Puisque ici les Dieux nous condamnent.
    Au nom de qui, au nom de quoi ?
    Moi, j'irai tué mon père.
    Non je ne suis pas un ange.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthew Wolden

avatar

ϟ messages : 235
ϟ pseudo : nevada
ϟ crédit : tsugaa
ϟ célébrité : sylvester ulv

Almost honest
relationship:
niveau de débauche:
98/100  (98/100)

MessageSujet: Re: de toute façon partit pour comme ça l'est... ( close )   Lun 20 Sep - 21:51


Il était là ; à le fixer dans le noir. Il ne pouvait détacher son regard de ce mec insignifiant. Eden, frêle, maigre, fragile et pourtant si fascinant. Il le vit sourire doucement, et il comprit que sans le voir Eden sentait son regard. Il sourit légèrement, naturellement pour une fois, caché par le noir. Pour une fois son masque ne servant à rien, protégé par l’obscurité. Il l’observait là, ses bras atour de ses genoux, tel un enfant. Et son sourire comme si il le pardonnait. Pardonnait de quoi ? Eden n’avait rien à lui pardonner, il ne pouvait pas lui pardonner. Car au fond, finalement Matt’ avait vraiment fait fort ce soir. Non pas que ce soir. Et Matty se rendit compte que cela faisait des années, de très longues années qu’il faisait fort. Il fixait le blond à la lumière, comme si il regardait une scène qu’il n’aurait pas du voir, à l’extérieur du monde, lui, seul. Et il se disait qu’en effet malgré tous il était bien seul. Et que rien, rien depuis tout petit n’avait changé. Il était toujours seul, il s’était juste bâtit un empire, un empire où il règnait avec dureté. Mais dans la salle du trône, assis sur son trône d’argent , il ne voyait personne autour de lui.

Abandonnant là ses idées sombre il fit un pas sur le côté. Retourna à sa portière. ? Non il leva la jambe et passa sur le capot, sa voiture s’inclinant légèrement. Il releva l’autre jambe et arriva sur le toit. Oui le roi du monde, le rois de son monde, le roi de sa solitude. Eden n’avait pas le droit de payer pour cela. Il se pencha sur le coté ouvrant la portière du blond. Il passa la porte. Neutre comme toujours, son visage tête en bas regardait Eden. « Tu montes avec moi ? demanda-t-il doucement. Sans attendre la réponse il lui tendit la main. Tendre la main. Combien de fois étant gosse il avait rêver qu’on lui fasse la même chose. C’était foutu, il pouvait pas revenir en arrière. Il était Matthew, le matt’ qu’il avait créé. La seule solution peut-être était de laisser Eden loin de sa sale réputation. Mais était-ce possible ? On était pas dans un rêve et Matt’ le savait parfaitement…

___________________________

    ♛ MATTHEW WOLDEN « Alors moi je t’ai cru. A chaque fois que j’essaye de passer à autre chose, tu es là. Alors réfléchis bien. Interroge ton cœur, je sais que tu en as un. Et dis-moi si les sentiments que tu as pour moi sont sincères ou si tout ça n’est qu’un jeu. S’ils sont sincères, on trouvera une solution.... 3 words, 8 letters and I’m yours. »« Ce n’est qu’un jeu. Je déteste perdre. Tu peux partir. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eden Lauhs
    ♣ I can live until my thirty five years. It's the death statistics

avatar

ϟ messages : 728
ϟ pseudo : tsu/cam
ϟ crédit : tsugaa
ϟ célébrité : Paul Boche

Almost honest
relationship:
niveau de débauche:
75/100  (75/100)

MessageSujet: Re: de toute façon partit pour comme ça l'est... ( close )   Lun 20 Sep - 22:22



    Tout à coup la voiture bouge et je ne m'y attendais pas vraiment. Je sursaute flippant tout à coup à l'idée qu'on soit pas seul. Ou que Matt m'est planté là tout seul. Quoi qu'il soit complètement idiot de Me laisser la voiture et de lui partir tout seul dans le noir. Puis je le vois passer au dessus du par-brise jusqu'au toit de la voiture. Oui je parle bien de Matt. Je rigole un peu en me disant que c'est vraiment un gamin ce mec. Mais qui ne l'es pas après tout ? Nous ne sommes tous que des enfants recroquevillé dans les carcasses à vifs d'adolescent, puis morne de grand. Ma portière s'ouvre et le visage de Matty apparaît soudainement à l'envers. J'écouterais mon instinct premier, je l'embrasserais. Mais vue que j'ai décider de rester lucide et de faire comme il me la demandé à l'hosto, attention à ne pas m'approcher de lui. « Tu montes avec moi ? me demanda-t-il, un aire diablement neutre de petit merdeux sur le visage. C'est pour ça aussi, que je l'aime. Parce que Matt à sa manière il est entier. Entièrement borné et réducteur dans ses sentiments, mais dans son entêtement à jouer les con il est vraiment constant. Tout un paradoxe celui là j'vous jure. Je lui répond par un sourire et un hochement de tête. Oui j'suis pas trop en état de parler encore. Je me suis réellement explosé la gorge. Je dessert mes bras les étendant devant moi puis fait de même en dépliant mes jambes et sort du véhicule. Au passage j'attrape la main de Matt. Je béni l'obscurité de dissimuler mes joues qui on automatiquement pris une teinte carmine à ce contact. Et prenant appui sur le montant de la portière je me hisse sur le toit. Je me retrouve alors là haut, referma la porte de la voiture avec la pied, nous plongeant quelque seconde plus tard dans le noir total. « C'est vrais que vue d'ici les étoiles sont carrément plus impressionnantes qu'en ville. Je pourrais facilement rester là des heures à apprécier ce sentiment de petitesse fasse à l'univers. » Je m'alonge sur le dos en croisant un bras derrière ma tête pour la relever, le regard noyé dans le ciel. Ma main n'a pas bougé de celle de Matt. J'hésite sur la méthode à suivre mais, je sais que, si il veux bien. La chaleur que s'échange ainsi nos doigts mêlés est la chose la plus douce du monde.

___________________________

    Puisque ici les Dieux nous condamnent.
    Au nom de qui, au nom de quoi ?
    Moi, j'irai tué mon père.
    Non je ne suis pas un ange.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthew Wolden

avatar

ϟ messages : 235
ϟ pseudo : nevada
ϟ crédit : tsugaa
ϟ célébrité : sylvester ulv

Almost honest
relationship:
niveau de débauche:
98/100  (98/100)

MessageSujet: Re: de toute façon partit pour comme ça l'est... ( close )   Lun 20 Sep - 23:00


Oui en effet très constant dans son attitude de con. Mais il n'y pouvait rien avec le temps il avait enfiler ce masque et ne pouvait plus s'en séparé. Il avait bien trop grandit avec, il s'était fait un monde. Et sans son masque, sans cette méchanceté, sans ce j'en foutisme, sans se rien à foutre de ma personne, que pouvait bien être Matthew? Rien il n'était strictement rien d'après lui, ou du moins ne savait plus justement où le faux s'arrêtait et le vrai commençait. Les frontière de son jeu s'étaient estompées avec le temps. Il n'avait pas envie de tous perdre, car pour rien au monde il n'anéantirait cet personne qu'il avait créer dès son plus jeune âge, jamais il ne détruirait cela. Il était un artiste et son œuvre c'était lui.

Eden finit par se décrisper, il étendit les bras puis ses jambes pour se relever enfin. Il saisit sa main et Matt le hissa sur le toit. Eden était tous léger et donc Matty n'eut aucun effort à fournir pour le hisser près de lui. Eden du refermer avec son pied la portière car la lumière s'éteignit les plongeant dans un noir complet. Complet? Non la lune les éclairant faiblement mais leurs yeux trop habitués à la lumière ne pouvaient encore distinguer quoi que ce soit. « C'est vrais que vue d'ici les étoiles sont carrément plus impressionnantes qu'en ville. Je pourrais facilement rester là des heures à apprécier ce sentiment de petitesse fasse à l'univers. » La voix d'Eden brisa le silence. Matt' s'allongea lui aussi sur le dos, sa tête posée sur le capot. Il regarda un long moment les étoiles lui aussi, la douce chaleur provenant de la main d'Eden se répandant dans son corps. Il ne le lâcha pas. Il aurait dû, si il avait du réagir il savait qu'il aurait dû l'envoyer chier. Si il avait réagit autrement... « Ouai...nous ne sommes rien... face à ça. » lâcha -t-il au bout de quelques instant à mi-voix. Il se tourna sur le coté, sa main venant tenir sa tête, son coude poser sur le toit. Il distinguait le contour des traits d'Eden. Il leva la main, celle où il tenait celle d'Eden. Leurs mains jointe, doucement il les amena vers le visage du jeune homme, caressant de son index sa joue, ses lèvres...

___________________________

    ♛ MATTHEW WOLDEN « Alors moi je t’ai cru. A chaque fois que j’essaye de passer à autre chose, tu es là. Alors réfléchis bien. Interroge ton cœur, je sais que tu en as un. Et dis-moi si les sentiments que tu as pour moi sont sincères ou si tout ça n’est qu’un jeu. S’ils sont sincères, on trouvera une solution.... 3 words, 8 letters and I’m yours. »« Ce n’est qu’un jeu. Je déteste perdre. Tu peux partir. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eden Lauhs
    ♣ I can live until my thirty five years. It's the death statistics

avatar

ϟ messages : 728
ϟ pseudo : tsu/cam
ϟ crédit : tsugaa
ϟ célébrité : Paul Boche

Almost honest
relationship:
niveau de débauche:
75/100  (75/100)

MessageSujet: Re: de toute façon partit pour comme ça l'est... ( close )   Lun 20 Sep - 23:18

    Je me perdais dans la contemplation de ce ciel. Il était bien rare pour un citadin aguerrie comme moi de sortir des lumières parasitaires des lampadaires. Elles cachaient toujours en partie les lueurs plus douce des étoiles. Moi je dit toujours qu'il ne faut pas trop les regarder les étoiles c'est vrais. Que se sont des menteuses qui on inventés des mythes pour nous détournés de la réalité. Et puis qu'il faut reconnaître qu'un truc qu'on représente avec des pointes au extrémités, c'est pas hyper engageant pour un câlin. Un câlin psychique hein j'entend, parce que faire un Vrais câlin à une étoile c'est totalement impossible je le sais bien. Quoique là au creux de ma main j'en est d'étoile qui me réchauffe, une que l'on appel contact humain. Je souris tout seul, me disant que des fois je délire vraiment. Faudrait peut être que j'aille consulter un psychiatre. Docteur dite mes parents mon mit dehors parce que j'aime les hommes et que j'ai chopé le sida, vous croyez que ça plus le fait d'aimer le même connard qui se force tellement bien à être insensible qu'il le devient depuis plus de dix ans, ça m'a rendue fous ? Oui ma phrase n'est pas ordonnée. Et alors ? A quoi sa sert des phrases bien ordonnées si moi je ne le suis pas ? J'ai pas trop de sous docteur, j'peux vous payez avec une gâterie ? J'aime l'humour grinçant. C'est mon moyen de défense à moi. « Ouai...nous ne sommes rien... face à ça. » sa voix m'arrive comme une musique chuchotée. Mon sourire ce fait plus tendre. Répondre à ceci est inutile, je ferme plutôt les yeux en me concentrant sur sa proximité. Je le sent alors changer de position, sans délier nos mains. Mes joues sont toujours rouges et chaudes. Et deviennent tout à coup brûlantes lorsque je sent ma main bouger avec la sien pour.... Venir passer son indexe sur mon visage. « euh.... » Ma voix est éraillé, rauque et ridiculement intimidé. Il descend sur mes lèvres, j'en tremblerais presque. j'ai l'impression que sur son tracé ma peau est devenu plus sensible, plus réactive. Mal à l'aise je vais pour me passer la langue sur les lèvres, je but contre son doigts. Écarlate de gène je m'excuse dans un marmonnement de gamin pris en faute. N'empêche, même si c'est à peine goûté, il a vraiment bon goût...

___________________________

    Puisque ici les Dieux nous condamnent.
    Au nom de qui, au nom de quoi ?
    Moi, j'irai tué mon père.
    Non je ne suis pas un ange.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthew Wolden

avatar

ϟ messages : 235
ϟ pseudo : nevada
ϟ crédit : tsugaa
ϟ célébrité : sylvester ulv

Almost honest
relationship:
niveau de débauche:
98/100  (98/100)

MessageSujet: Re: de toute façon partit pour comme ça l'est... ( close )   Lun 20 Sep - 23:41


Les étoiles, c'est futile. Viser toujours la lune car si vous ratez vous atterrirez parmi les étoiles. La personne qui avait inventé ça croyait-elle vraiment se qu'elle disait? Car franchement il n'y avait rien mais alors rien de certains à atterrir la dedans. Et puis finalement les étoiles ce n'était qu'une boule de feu vue à des année lumière. D'ailleurs lorsqu'on les regardait briller, déjà au moment même elles n'existaient plus ayant disparut s'étant éteinte. Encore une jolie désillusion comme quoi le beau était réellement éphémère. Matthew pourtant adorait passé du temps à regarder les étoiles, il arrêtait de vivre dans cette réalité qu'il n'aimait pas. Il s'envolait pendant quelques minutes. Mais disons que les fois où il les observait était minime, il ne prenait pas le temps de ça. Prendre son temps? Matt' ne le prenait pas car le prendre c'était s'interroger, se poser, réfléchir et ça il se l'interdisait formellement. Si lui un jour allait chez un psy le pauvre il le ferrait lui-même devenir fou. Non pas que Matty était fou, loin de là. Il avait juste une manière de penser qui manquait de raisonnement. En faite pas tant que cela, il se foutait de tout et n'avait honte de rien tel était son crédo. Il ne cherchait pas le bonheur, il ne le fuyait pas non plus; non il le cherchait, le trouvait et le détruisait. On aurait pu certainement le cataloguer de masochiste mais au fond ça lui faisait même pas mal de détruire son bonheur...

Finalement à quoi bon lutter? Il avait souvent apprit à Dixie de pas lutter contre ses désir, à Apollo, à tous le monde en faite. Ne pas lui résister surtout, mais sinon ne pas résister à ses envies. Alors pourquoi le faire lui? Pourquoi résister à être près de lui, à le toucher, à vouloir le sentir près de lui? C'était trop tard de toute manière, le mal était fait. Dès le moment où il l'avait croisé le mal avait été causé, et Matt' savait qu'il était bel et bien fichu. Perdu, rendu à un simple état d'anéantissement, de faiblesse face à ce désir, ces sentiments naissant. Naissant? Non juste réussissant à enfin se faire connaitre de sa tête. Il frôla la joue d'Eden, la sentant brûlante, était-ce lui qui y voyait une différence de température? Ou bien Eden qui était plus brûlant. Il arriva à ses lèvres. « euh.... » Un son peu audible venant de la gorge d'Eden. Matthew trop concentré à retracer le pourtour de ses lèvres. Pour une fois que ce n'était pas lui qui fuyait. Et après tu fuis comme un putain de lâche, pire qu'un puceau paniquant la première fois qu'il bande pour une midinette ! Les paroles d'Eden lui revinrent en tête. Non il avait pas envie de passer pour le trouillard. Il voulait pas fuir, il pouvait pas fuir, il ne voulait plus. Il sentit alors un autre contact humide sur son doigt. Intrigué il entendit ensuite les excuses d4eden qui semblait horriblement gêné. Une réplique provocante lui vint en tête; mais il se mordit la lèvre avec un sourire amusé; pour une fois ravalant sa moquerie. Bougeant légèrement se penchant plus vers lui, détaillant avec plus de proximité son visage. Son nez, ses sourcils, ses pommettes, ses lèvres. Matthew avait garder leur mains proche de celles-ci, il les décala sur la joue d'Eden. Anéantissant alors toute chance de sentir de nouveau la langue d'Eden sur ses doigt. Il s'en foutait. Car au même moment, se furent ses lèvres qui vinrent chercher le contact de la bouche du blond. Matthew se tenant toujours sur un coude, mais penché au dessus du jeune homme. Finalement c'était lui qui la brisait sa promesse, celle de devoir se tenir à un mètre l'un de l'autre. Leurs main liées, et sa langue qui fit doucement le contour des lèvres du blond avant de rechercher un baiser dont il avait tant envie.

___________________________

    ♛ MATTHEW WOLDEN « Alors moi je t’ai cru. A chaque fois que j’essaye de passer à autre chose, tu es là. Alors réfléchis bien. Interroge ton cœur, je sais que tu en as un. Et dis-moi si les sentiments que tu as pour moi sont sincères ou si tout ça n’est qu’un jeu. S’ils sont sincères, on trouvera une solution.... 3 words, 8 letters and I’m yours. »« Ce n’est qu’un jeu. Je déteste perdre. Tu peux partir. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eden Lauhs
    ♣ I can live until my thirty five years. It's the death statistics

avatar

ϟ messages : 728
ϟ pseudo : tsu/cam
ϟ crédit : tsugaa
ϟ célébrité : Paul Boche

Almost honest
relationship:
niveau de débauche:
75/100  (75/100)

MessageSujet: Re: de toute façon partit pour comme ça l'est... ( close )   Mar 21 Sep - 0:13


    Il y a soudainement ses lèvres contres les miennes. Et mon coeur qui s'emballe dangereusement. Il m'embrasse. Je crispe un peu ma main contre la sienne. Il m'embrasse. Sa langue retrace le courbe de mes lèvres. Il m'embrasse. Je me sent plongé, les deux pieds joins dans une chute vertigineuse. Il m'embrasse et moi. J'y répond sans même demander son avis à mon cerveau. Mon corps est aimanté vers le sien et je glisse ma main libre contre sa nuque. Ma respiration je le sens déjà bien rapide mais il me serais totalement impossible de la réguler. Oh non, vraiment impossible. Un frisson me parcourt de part en part me faisant me coller un peu contre Matt. J'entre ouvre les lèvres, venant à la rencontre de sa langue. Je savoure ses lèvres avec une lenteur délibéré, faisant de se baiser une éternité à lui tout seul. Car c'est ça, je le sais c'est ça le goût de l'immensité étoilée, c'est ses lèvres. Jamais aucunes autres ne pourront effacer ce goût. Un goût d'enfer, d'enfer pour lequel on fait la queue pour s'y damner. Je caresse sa peau du bout des doigts lui embrassant encore et encore les lèvres. C'est surréaliste, cet endroit et ce qui est entrains de se passer l'est encore plus. Sans rompre le baiser, je retire ma main de sa nuque pour venir me pincer un petit peu le brun. Un aie s'interpose entre nos bouches étroitement liées et c'est presque avec stupeur que peu à peu je comprend que je ne rêve pas. Je l'embrasse une dernière fois puis ne pouvant plus tenir, je le question de ma voix de zombie de série B.
    « Attend je... Je ne comprend mais alors rien du tout là. Tu m'a baladé toute la soirée, tu as changé de comportement au moins cinq fois. Je suis perdue... » Et dire que je suis perdue est un doux euphémisme. Je suis perdue parce que le fait d'avoir ses lèvres à trois centimètres des miennes ça me fait perdre la tête. Je suis perdue parce que son odeur, sa chaleur m'on déjà avalé tout entier et qu'à ce stade il n'y a plus de retour en arrière possible. Que mon corps n'aspire qu'à une chose se fondre contre le sien. Devenir sien, dans la totalité de mon être. La force de mes sentiments m'a fait perdre la partie dès le début. Il pourrait faire ce qu'il veux de moi à cette instant. M'abandonné sur le bord de la route avec l'envie de m'égorger avec une pierre, m'embrassé sans jamais nous arrête, me dire qu'il ne veux plus jamais entendre parler de moi. Une digue s'est brisé dans ce que je ressens, j'en suis totalement terrifié mais toute résistance est vaine. Si je savais lui résister, cela ferais des années que je serais partis en courant.

___________________________

    Puisque ici les Dieux nous condamnent.
    Au nom de qui, au nom de quoi ?
    Moi, j'irai tué mon père.
    Non je ne suis pas un ange.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthew Wolden

avatar

ϟ messages : 235
ϟ pseudo : nevada
ϟ crédit : tsugaa
ϟ célébrité : sylvester ulv

Almost honest
relationship:
niveau de débauche:
98/100  (98/100)

MessageSujet: Re: de toute façon partit pour comme ça l'est... ( close )   Mar 21 Sep - 0:33


Et il l'embrasse. Parce que oui au final il n'y a que cela de juste, de possible, d'envisageable pour ne pas sombrer. Car gouter à ses lèvres s'est se perdre pour l'éternité. J'ai un gout d'éternel sur mes lèvres. Ho oui Matt risque en effet de l'avoir. Vu l'ardeur avec laquelle il se saisit des lèvres du blond. Et Eden ne le repousse pas, encore heureux. Matt' n'aurait pas supporter cela; pourtant à ce moment il repousse tout égo. Il envoie tout voir ailleurs car il s'en fou de se qui pourra arriver. Et il le sent contre lui, il sent ses lèvres, sa langue. Son baiser qui lui fait perdre le fil de sa pensée, son baiser qui l'intoxique comme pas deux, ce mec que ne devrait pas autant le chambouler. Il le sent contre lui, et ça le dérange pas. Pas comme ce premier soir où, au début, il tentait vainement de fuir. Non maintenant c'est impossible. Il sent la main d'Eden dans sa nuque et rien que ce contact le fait frissonner. Il ne cherche pas à essayer de modérer sa respiration, à quoi bon? Il ne le pourrait pas, c'est pas gérable autant de désir. Son parfum, son corps, il sent Eden se mettre contre lui. Et c'est si bon. Leurs mains toujours liées entre elles; la main d'Eden quittant sa nuque. Puis un "aïe" venant se glisser entre leur baiser. Matt' s'éloigne de quelques centimètre, que s'est-il fait? Il semblerait qu'il se soit fait mal seul, pour une fois il n'a pas eut besoin de Matt'.

« Attend je... Je ne comprend mais alors rien du tout là. Tu m'a baladé toute la soirée, tu as changé de comportement au moins cinq fois. Je suis perdue... » Il l'écouta. Évidement il aurait du s'en douter. Il aurait dû l'attendre cette attente d'explications. Pourtant c'est clair il n'en a aucune à donner. Car pour lui c'est trop puéril de lui dire simplement "je t'aime" car c'est pas possible. Car il en est incapable.Matt' regard un instant leur mains jointes, maintenant ses yeux habitués à l'obscurité. « Et alors? Je te balade pas, je vais pas changé ...promis. Tais-toi et embrasses moi. » Bon le début s'annonçait mal; ce Et alors digne de Matthew Wolden comme toujours. Mais finalement ça c'était carrément amélioré, bon il avait pas non plus jouer au c** en lui disant de lui faire confiance. Eden lui ferrait pas confiance, il le savait, il le comprenait, Matty ne se faisait pas confiance lui-même. La fin de sa phrase il la ponctua du retour de ses lèvres sur celles d'Eden. Lâchant sa main il se relevant légèrement pour venir se mettre carrément au dessus du blond, sa main libre le soutenant sur le toit, l'autre glissant dans la nuque d'Eden. Au fond, lui aussi il était carrément perdu. Découvrir qu'il était amoureux de ce mec depuis des années c'en était trop, il voulait pas être amoureux; mais malheureusement fuir il venait de voir jusqu'à où ça l'avait mener. Le frapper, le "défiguré" pour quelques bon jours. Non il pouvait pas luter contre ses sentiments. Il le savait parfaitement et à ce moment là il était effrayer. Mais comme toujours Matt' ne montrait rien, et dirigeait son monde, prenant le dessus comme tous le temps.

___________________________

    ♛ MATTHEW WOLDEN « Alors moi je t’ai cru. A chaque fois que j’essaye de passer à autre chose, tu es là. Alors réfléchis bien. Interroge ton cœur, je sais que tu en as un. Et dis-moi si les sentiments que tu as pour moi sont sincères ou si tout ça n’est qu’un jeu. S’ils sont sincères, on trouvera une solution.... 3 words, 8 letters and I’m yours. »« Ce n’est qu’un jeu. Je déteste perdre. Tu peux partir. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eden Lauhs
    ♣ I can live until my thirty five years. It's the death statistics

avatar

ϟ messages : 728
ϟ pseudo : tsu/cam
ϟ crédit : tsugaa
ϟ célébrité : Paul Boche

Almost honest
relationship:
niveau de débauche:
75/100  (75/100)

MessageSujet: Re: de toute façon partit pour comme ça l'est... ( close )   Mar 21 Sep - 1:00


    « Et alors? Je te balade pas, je vais pas changé ...promis. Tais-toi et embrasses moi. » j'ai les neurones en marmelade, l'esprit qui pointe "en vacance". Ce qu'il viens de me dire, je l'ai imaginé tellement de fois. Qu'il réclame mes lèvres, qu'il sort ce genre de phrase de cinéma niaiseu au possible mais qui, et oui, font tan rêver. Je n'ai pas le temps de répondre qu'il a déjà repris possession de mes lèvres. De toute façon je n'en est pas l'envie, pas la force. Je me sent fondre sous cette attention, sous ses mots soudain doux. Comme une bulle qui nous entoure, je n'entend plus que nos respirations saccadés, le bruissement de nos vêtements. Tout le reste c'est évaporé. Tout le reste à fondu comme du chocolat en plein soleil, il ne me reste que le goût sucré, addictif de les lèvres. L'amertume a été mangée, avalée au milieux de cette avalanche de sensations. Ce n'est pas une découverte non. C'est comme si mon corps avait toujours manqué de cela. Comme si depuis toujours mes frissons, mes plaisirs et mes pertes de contrôle n'avait jamais été qu'un avant goût ridiculement médiocre de ce que je ressentirais en l’embrassant. Et c'est parfaitement limpide. Tous mon corps réagit à lui au centuple. Je reviens m'accrocher à sa nuque alors qu'il délie nos mains pour prendre appuie contre le toit de la voiture et, venir se mettre au dessus de moi. Cette intimité est une bénédiction, un putain de truc génial qui fait fourmiller un courant électrique dans tous mon corps. Ma peur augmente au même rythme que mon excitation et j'essaie laborieusement de garder un semblant de lucidité. Ceci en étant agrippé à son cou et en l'embrassant passionnément cela vas de soit. Je lui dévore les lèvres, littéralement. Gémissant une première fois, entre angoisse et plaisir. Le son se répercute dans l'aire et cette fois-ci pas de musique. Pas de brouhaha pour caché ma faiblesse. Je suis pas mal gêné pour le coup. Alors je diminue un peu l'intensité du baiser. Et puis il est vrais que je ne sais pas vraiment ce qui vas se passer par la suite. Je suis totalement terrorisé par les cinq prochaines minutes qui font se déroulaient.

___________________________

    Puisque ici les Dieux nous condamnent.
    Au nom de qui, au nom de quoi ?
    Moi, j'irai tué mon père.
    Non je ne suis pas un ange.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthew Wolden

avatar

ϟ messages : 235
ϟ pseudo : nevada
ϟ crédit : tsugaa
ϟ célébrité : sylvester ulv

Almost honest
relationship:
niveau de débauche:
98/100  (98/100)

MessageSujet: Re: de toute façon partit pour comme ça l'est... ( close )   Mar 21 Sep - 10:17


Que dire de deux personne qui s'embrasse? Comment décrire cette impression de vide, d'envie ? On tombe vite fait dans le cliché, c'est niaiseux, c'est fleure bleue. Comment décrire l'envie de rester là? Ça ne se décrit pas une envie, ni la douceur de ses lèvres, ni le goût , ni la chaleur. Non rien est descriptible. Matt' avait finit par faire taire Eden, faire taire ses interrogations. Non il ne voulait pas les entendre car des deux il n'y en avait aucun qui connaissait la suite. Le jeune homme vint s'installer au dessus d'Eden. Continuant de l'embrasser, juste l'embrasser, que l'embrasser, mais l'embrasser. Et rien que ça c'est bon. Il sentait son souffle, se perdre dans leurs baisers, sa respiration plus irrégulière alors que ce n'était que de simple baiser. Il s'en fouttait. Plus rien n'avait d'importance. Ils étaient loin maintenant, loin de tous, loin de Bristole, loin de Dixie, loin d'Apollo, loin de toute ces personnes que Matt' s'était tapées, loin de toutes ces personnes qui avait tapé, loin de sa réputation, loin des préjugés. Loin de tous. Et là, il n'y avait plus rien qui comptait hormis leur étreinte, hormis, ses baisers qui scellaient leurs lèvres. Le ciel avait beau être noir, les étoiles briller, rien ne les faisait se distraire. Bien trop occupé à étanché leur soif de l'un et de l'autre. Un gémissement traversa leur baiser. Non pas de Matthew, et si ce n'était pas lui il n'y avait qu'une autre personne susceptible de provoquer ce bruit. Eden semble répondre au baiser avec moins, d'intensité. Matt' abandonne ses lèvres, celles-ci glissant le long de sa mâchoire, remontant sur sa joue, frôlant son nez, son arcade totalement défoncé par son poing. Étant plus doux sur sa blessure. Eden peut gémir autant qu'il veut même pour un simple baiser, Matty ferrait de même si il n'avait pas été tant habitué à se contrôler, à contrôler ses sentiments, ses émotions, ses envies. Il redescend vers ses lèvres, récupérant un baiser avant de tracer avec sa langue un léger sillon de salive qui dérape, descendant dans son cou; la langue du jeune homme glissant sur sa peau tiède.


___________________________

    ♛ MATTHEW WOLDEN « Alors moi je t’ai cru. A chaque fois que j’essaye de passer à autre chose, tu es là. Alors réfléchis bien. Interroge ton cœur, je sais que tu en as un. Et dis-moi si les sentiments que tu as pour moi sont sincères ou si tout ça n’est qu’un jeu. S’ils sont sincères, on trouvera une solution.... 3 words, 8 letters and I’m yours. »« Ce n’est qu’un jeu. Je déteste perdre. Tu peux partir. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eden Lauhs
    ♣ I can live until my thirty five years. It's the death statistics

avatar

ϟ messages : 728
ϟ pseudo : tsu/cam
ϟ crédit : tsugaa
ϟ célébrité : Paul Boche

Almost honest
relationship:
niveau de débauche:
75/100  (75/100)

MessageSujet: Re: de toute façon partit pour comme ça l'est... ( close )   Mar 21 Sep - 23:03




    Je vis trop fort. Depuis toujours je me laisser exposer au coup comme aux caresses avec le masochisme aveugle d'un enfant. Je n'y peux pas grand chose, j'aime. J'aime au sens général. Voir les gens heureux, rire et pleurer. Me sentir éssoufler, croiser des amoureux anonymes. Tendre la main. On m'a souvent traité d'imbécile, et c'est vrais que je n'en suis pas bien loin. Mais je pense aussi que l'on peux m'accorder une forme de courage. Je fuit rarement ce que je ressent. Je me jette toujours à corps perdue dans les relations. À corps perdue comme c'est trop bien le cas ici, on se perd l'âme ? Quitte a souffrir de cet abandon par la suite, ce qui arrive très souvent. Ça m'est égale. J'ai foie en l'humain, et surtout dans les relations humaines. Je suis intimement persuadé qu'on est tous fait pour le bonheur et que l'isolement ne peux pas nous y conduire. C'est pour ça je crois que j'avais t'en de mal à comprendre Matt. Mon comportement se modifié radicalement en sa présence : parce que je tiens tellement, tellement à lui que de le voir ce comportement en sens inverse que moi, ça me choquer, me blesser. Enfin tout ça pour dire que, lorsque je me retrouvais dans des situation comme maintenant. Les situations où soudain l'air crépite autours de vous, où la chaleur des corps se transmet dans un ballet langoureux. Il y a de l'électricité dans l'aire comme on dit. J'avais tord si je croyais connaitre cela. C'est maintenant, alors que ses lèvres me parcourt la peau, que je prend mesure de la violence ravageuse du pouvoir que peux avoir un corps sur un autre. Le courant frissonnant qui rend l'aire presque tangible tan il l'alourdis. Le rend irrespirable et encore plus indispensable à la fois. Ce courant, électrique, amoureux, sexuel, avant tout il est passionnel. Dans tous l'ampleur de ce mot. Le passif, la souffrance, la brutalité de ce qu'on ressent. L'impossibilité d'y échapper. Car c'est là la clef de mon état, de mon essoufflement, de ma peau en surchauffe et des gémissements de bien être que je retiens avec la difficulté de celui qui cherche à garder l'eau entre ses mains. La passion. Elle qui fait autant mal qu'elle caresse. C'est une claque de plaisir. Ça fait rougir les joues, ça surprend, mais on ne peux pas stopper sa propagation. La douleur ou le bien être la différence ne se place pas là. Elle se place bien dans le présence ou l'absence de passion. Hors ici, alors qu'il est sur moi son corps si proche du mien et pourtant encore bien trop loin, sa bouche jouant contre ma chair dans un vice exquis. C'est bien elle qui nous emporte. La passion. Je me redresse, mut par l'envie irrépressible de retrouver ses lèvres. Je l'attrape par le tee-shirt en l'amenant jusqu'à moi, et l'embrasse. Jamais je ne mettais autant abandonné dans une étreinte. Jamais un simple baiser ne m'avais tant chaviré. Je ne me suis jamais sentie tellement affamé et horrifié par mon désir à la fois. Ne dit on pas que les plaisirs violent, ont des fins violentes ? Je serrais près à vendre mon âme pour que la fin soit douce. L'homme que je tiens entre mes bras est un diable. Un diablotin de la pire espèce. Un jolie chose que si l'on touche, on s'y brûle les doigts. Aurais-je alors la possibilité, infime, de faire mentir l'adage ?

___________________________

    Puisque ici les Dieux nous condamnent.
    Au nom de qui, au nom de quoi ?
    Moi, j'irai tué mon père.
    Non je ne suis pas un ange.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthew Wolden

avatar

ϟ messages : 235
ϟ pseudo : nevada
ϟ crédit : tsugaa
ϟ célébrité : sylvester ulv

Almost honest
relationship:
niveau de débauche:
98/100  (98/100)

MessageSujet: Re: de toute façon partit pour comme ça l'est... ( close )   Mer 22 Sep - 12:38


Depuis combien de temps avaient-ils quitter la skin ? Matthew qui au début ne voulait même pas entendre parler d'Eden; qui avait du se taper de la coke pour enfin accepter d'amener le blond à l'hôpital. Mais surtout son jeu avec Dixie, son baiser. Il rejeta cette pensée loin de lui. Il n'y pouvait rien, il ne supportait pas Eden. Avant ce soir, avant l'hôpital, il n'arrivait pas à le voir; pourquoi? Il n'avait jamais sut le dire, jamais su pourquoi il l'avait lâcher étant ado. Pourtant la raison était simplement évidente; depuis le début il avait sut quel danger Eden menaçait. Qu'en étant avec lui, il devenait accro, il devenait faible et il se souciait de se que quelqu'un pense de lui. Il ne l'avait jamais pensé clairement mais ce soir l'évidence était là.

Combien de temps s'était-il écoulé depuis que Matty s'était résigner à ouvrir les yeux? Depuis qu'ils étaient allongé sur ce toit? Dix minutes, trente? Une heure? Matthew n'en savait rien, il n'aurait pu le dire mais pourtant serrait resté des heures rien qu'à l'embrasser. Il sentit le blond s'agripper à son tee-shirt l'attirant encore plus à lui, leurs corps collé l'un à l'autre. Leurs lèvres se dévorant littéralement. Matt' sentant cette brûlure là où la peau d'Eden rentrait en contact avec la sienne et sinon dans tous son corps cette chaleur du désir, de l'envie. Sa main quitta la nuque du blond pour venir courir sur son torse, glissant son son tee-shirt. Sentant sa peau tiède, tandis que ses lèvres revenaient gouter à celle d'Eden. Un besoin vital de le sentir l'embrasser. Être avec lui. Un nouveau besoin? Éphémère? Matt' aurait dans un sens tout donné pour que ce soit éphémère, pour qu'il ne ressente plus cette envie, ces sentiments; mais finalement il aurait aussi tous vendu pour que justement si sentiments reste alors qu'il soit préservé, intact, partagé. Et non pas destructeur et destructible.

___________________________

    ♛ MATTHEW WOLDEN « Alors moi je t’ai cru. A chaque fois que j’essaye de passer à autre chose, tu es là. Alors réfléchis bien. Interroge ton cœur, je sais que tu en as un. Et dis-moi si les sentiments que tu as pour moi sont sincères ou si tout ça n’est qu’un jeu. S’ils sont sincères, on trouvera une solution.... 3 words, 8 letters and I’m yours. »« Ce n’est qu’un jeu. Je déteste perdre. Tu peux partir. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eden Lauhs
    ♣ I can live until my thirty five years. It's the death statistics

avatar

ϟ messages : 728
ϟ pseudo : tsu/cam
ϟ crédit : tsugaa
ϟ célébrité : Paul Boche

Almost honest
relationship:
niveau de débauche:
75/100  (75/100)

MessageSujet: Re: de toute façon partit pour comme ça l'est... ( close )   Dim 26 Sep - 19:12



    Le problème c'est que je l'aime. C'est que je perd le contrôle et que ça me fous terriblement la trouille. J'en crève d'envie. D'être là dans ses bras, de l'embrasser. Laisser la passion nous dévorez sans rien dire. Mais non ! J'ai ce truc dans l'estomac qui me vrille le cerveau. Qui me chuchote de me méfier. Le foutue problème c'est que je l'aime. Dans les relations humaines on ne contrôle pas toujours tout, au non, on aurait même tendance malgré nos mensonges et nos efforts à ne rien contrôler du tout. Dans nos lèvres qui caressent, dans nos souffles qui se mélangent, il y a tous ce qu'on ne peux pas dire. Tous ce qui forme les doutes, ces si minimes incertitude qui peuvent ronger nos âmes. Car on ne les explique pas. Si sensible, si amoureux qu'on soit. On ne le dit pas. Alors bonne chance à l'autre. Il n'a plus qu'à comprendre sans paroles, en ce disant que les actes parlent plus que les mots. Oui mais... Mais ça ne reste qu'un acte, qu'un baiser ou qu'un sourire. Rien de si tangible que ça. Une phrase ne le serrais pas plus je vous l'accorde. On en reviens donc à ce problème, celui que dès qu'on aime, on perd le contrôle et l'on extrapole tous. J'suis pas très clair c'est ça ? Et oui comme à chaque fois qu'il s'infiltre dans mes mots, tous ceux-là s’emmêlent dans un tas de déliés absurde, contradictoire et un peu répétitif il faut l'avouer. Mais qu'est c'qu'on s'en fout hein ? Ferme ta gueule et profite de pouvoir encore et encore lui voler ses lèvres. Ne te prend donc pas la tête, sais tu vraiment ce que veux dire aimer ? Ta as envie de lui et ça te fait tourner la tête. Les sentiments ! Puah comme si l'on pouvait nommer nos sautes d'humeur et d'hormones les sentiments. Un nom sur un truc incompréhensible, un mot sur quelque chose qui justement devrait être hors des mots. Alors ta gueule. Ouai. Ma gueule. Mais quand même je... TA GUEULE ! Chut bordel de merde faut vraiment que je la ferme moi. En plus on me croirait fou si l'on m'entendais penser là. Quoi que... Héhé attendez une seconde, c'est Sa main la sous Mon tee-shirt ? Il veux me tuer ou quoi ? Mon coeur s'emballe encore plus si c'est possible et je frissonne comme un nouveau née exposé pour la première fois au sensation extra-utérine. Bon d'accord la comparaison est à chier. Pourtant c'est vraiment ça. La découverte totalement imprévisible que mon épiderme en fait n'avais jamais même vaguement approché de la vrais sensation. Maintenant si. A bout de souffle je romps enfin le baiser, venant directement niché ma tête dans son coup et me blottir contre lui. J'ai envie de rester ainsi sans bouger, juste à le câliner un peu comme un gros doudou. Un doudou très très sexy faut bien le reconnaître. Mais son odeur est juste trop, waoh. Ça me calme autant que ça me trouble. Et je ne peux pas m'empêche de couvrir sa peau de tout petits baiser, à peine plus appuyer que des effleurements. me shootant à son odeur et ne me concentrant que sur ça.

___________________________

    Puisque ici les Dieux nous condamnent.
    Au nom de qui, au nom de quoi ?
    Moi, j'irai tué mon père.
    Non je ne suis pas un ange.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthew Wolden

avatar

ϟ messages : 235
ϟ pseudo : nevada
ϟ crédit : tsugaa
ϟ célébrité : sylvester ulv

Almost honest
relationship:
niveau de débauche:
98/100  (98/100)

MessageSujet: Re: de toute façon partit pour comme ça l'est... ( close )   Ven 1 Oct - 22:19


Matthew ne cherchait plus à comprendre. De toute manière comprendre quoi? Eden était revenu à l'attaque; malgré les années à le furi il avait finit par revenir près de lui. Eden était revenu et avait anéantit tous les mensonges du jeune brun. Il avait brisé sereinement toutes les barrières que Matty avait soigneusement construite au fil des années. Eden avait tous détruit comme si de rien était. Et Matt avait eut beau lutter, contre lui, contre Eden contre tous, rien n'avait servit. Il s'en voulait; il s'en voulait de l'avoir insulté, humilié, frapper. Ce signe qui malgré le noir était visible des yeux du roux. Il ne cessait de s'en vouloir. Et il en voulait à Eden. Car ce petit c** était arrivé, et à partir de là Matthew en avait finit de se respecter lui même. Le voila qui éprouvait du remord, du remord. Il n'en avait éprouvé hormis lorsqu'il ratait une occasion de coucher avec une fille. Bref rien de gloreix, et le voila qui compatissait. Pire encore, ces sentiments qui. Non il se refusait d'y penser. En aucune manière d'ailleurs. Il ne voulait pas se prendre la tête. Il ne voulait pas tomber dans le cliché débile de l'amoureux; car non il ne pouvait pas être amoureux. Il avait prit trop de coke c'est tout. Il essayait de s'en convaincre car en se disant cela il savait parfaitement que c'était faux.

Pour le moment néanmoins les lèvres brulantes d'Eden qu'il venait de quitter l'avait assez absorbé pour lui ôter ses pensées. Il s'aventura dans son cou. Sa main se glissant sous le tee-shirt du blond, une seule envie le sentir près de lui. Respirer son parfums, sentir ses lèvres. Il remonta rapidement d'ailleurs à cet endroit. Sentant le jeune homme sous lui, lui aussi prit de frénésie dans ses baisers. C'était si bon, et là, à ce moment là Matt n'arrivait plus à penser. Non plus aucune pensée cohérentes. Il ne pensait pas en faite. Et à sa grande stupéfaction il aurait pu rester ainsi des heures. Eden mit cette fois-ci fin lui-même aux baisers torrides qu'ils échangeaient depuis de nombreuses minutes sans doute. Il alla glisser son visage dans son cou, Matthew réprimant un frisson dû au chatouillement des lèvres du blond, se plaisir de la sentir près de lui, et la fraicheur du nez d'Eden. Le laissant faire il se mit à mordiller sa lèvre. Au bout néanmoins de quelques minutes, il se bougea légèrement, s'éloignant d'Eden il reprit appuit sur le toit de sa voiture et repassa sur le côté. Fatiguant de se tenir en appui sur sa main. Il sortit de sa poche son paquet de clope, en allumant une il rangea son briquet et son paquet rejetant d'un air nonchalant la fumé dans le ciel. Il l'observa durant quelques secondes monter dans le ciel avant de se disperser. Il sentait encore sur ses lèvres celles d'Eden, dans son cou la douceur du jeune homme et sur lui son parfum. Quel était son secret pour l'avoir ainsi réduit à rien?...

___________________________

    ♛ MATTHEW WOLDEN « Alors moi je t’ai cru. A chaque fois que j’essaye de passer à autre chose, tu es là. Alors réfléchis bien. Interroge ton cœur, je sais que tu en as un. Et dis-moi si les sentiments que tu as pour moi sont sincères ou si tout ça n’est qu’un jeu. S’ils sont sincères, on trouvera une solution.... 3 words, 8 letters and I’m yours. »« Ce n’est qu’un jeu. Je déteste perdre. Tu peux partir. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eden Lauhs
    ♣ I can live until my thirty five years. It's the death statistics

avatar

ϟ messages : 728
ϟ pseudo : tsu/cam
ϟ crédit : tsugaa
ϟ célébrité : Paul Boche

Almost honest
relationship:
niveau de débauche:
75/100  (75/100)

MessageSujet: Re: de toute façon partit pour comme ça l'est... ( close )   Ven 1 Oct - 23:07



Il s'éloigne et soudain j'ai froid. Pas un froid désagréable non, car il me permet de savourer chaque gouttes de sa chaleur qui glissent sur ma peau. Son odeur qui s'évapore tout doucement dans l'air. Son goût qui lui reste gravé sur mes lèvres. Je l'ai suivis du regard, observant ses fait et gestes avec intérêt. Il sort un paquet de cigarette de sa poche de jean. S'en allume une avec des vrais manières de fumeur invétéré. Cela me fait sourire, il parait tellement inaccessible juste en faisant un truc aussi simple. Bon je l'idéalise un peu j'avoue. Laissez moi peut être 5 minutes pour me remettre du baiser d'anthologie qu'il m'a offert. Ca vous chamboule un peu quoi ce genre d'aventure des sens... Enfin, je l'ai toujours idéalisé et in-toléré en même temps. Une parfaite antithèse la moindre de mes pensées, de mes réactions vis à vis de Matt. Comme un enfant qui ne supporterais pas que le chiot qu'il aime tan ne lui obéisse pas. Cette attitude pourtant ne me ressemble pas. Je ne cherche jamais à contrôler les autres. Pire je suis plutôt de ceux qui se font manipuler ou qui s'arrange pour que ça aille dans le sens de la personne chérie. Mais rien à y faire : Matthew a ce genre de très mauvaise influence sur moi. Je le regard là, fumant sa clope comme s'il s'agissait d'une perfusion d'oxygène. Observant la fumée de chaque taffe s'élevait en volutes aléatoires jusqu'au ciel. Se dissipant dans l'obscurité, celle qui nous coupe du monde. Je l'observe, lui, ce ciel, cette obscurité. Et tout me semble tellement intangible, et trop à la fois. Trop. Mon mot. Mon paradoxe. Je l'aime trop. Je suis trop malade. Je suis trop proche des hommes pour mes parents. Je suis trop sensible pour d'autres. Trop trop trop. Comme un cheval au galop. Mais il se loupe. Il sais qu'au bout du chemin sont coeur lâchera. Avant celui de tout le monde. Parce qu'il a sprinté trop vite, trop loin. Que la maladie ça pardonne pas. Surtout pas celle-là. Je grimace en effectuant un de mes gestes les plus courant, me passer la main dans les chemin. Tic de stresse. Tic nerveux. Je tend finalement la main vers lui en me tournant à mon tour sur le flanc. Puis lui pique sa clope. Un sourire malicieux aux lèvres je tire sur le bâton de nicotine. Une chaleur factice par rapport à celle que lui m'a offert pendant notre étreinte m'envahie. Mais bon chaleur pour chaleur. Je ne me vois pas du tout aller me blottir à nouveau contre lui. Matt n'est pas du genre à supporter ce genre de mièvrerie collante. Du moins je ne crois pas. Il faut dire que depuis quelques heures mon avis sur lui joue au yo-yo.


___________________________

    Puisque ici les Dieux nous condamnent.
    Au nom de qui, au nom de quoi ?
    Moi, j'irai tué mon père.
    Non je ne suis pas un ange.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthew Wolden

avatar

ϟ messages : 235
ϟ pseudo : nevada
ϟ crédit : tsugaa
ϟ célébrité : sylvester ulv

Almost honest
relationship:
niveau de débauche:
98/100  (98/100)

MessageSujet: Re: de toute façon partit pour comme ça l'est... ( close )   Sam 2 Oct - 13:17


Matthew en avait presque oublié le début de soirée. Oublié Tarà, oublié Apollo, oublié Dixie. Mais le souvenir lui revint en tête; l'expression de la jeune fille lorsqu'Eden avait commencé à comprendre qu'ils couchaient ou avaient couché ensemble. Pourquoi l'avait-il couvert déjà? Un bref rire sortit de ses lèvres, il le exprima pour ne pas passer pour un c**; il y passait déjà sans cela. Oui il s'en souvenait maintenant, pour ne pas qu'Eden ait un truc à lui reprocher. Débile, et il se rendit compte que même avant de lui foutre son point dans la figure il avait chercher à lui plaire. Face à cette pensée, il ferma les yeux de honte. Oui bel et bien de honte car ça faisait pitié d'être devenu ainsi. En combien de temps ? Deux soir? Il sentit Eden bouger à ses côtés. Il resta stoïque. Sentant le regard du blond sur lui, pendant une ou deux minutes, sa clope se consumait lentement. Il recracha la fumer avant d'en reprendre une taffe. C'est alors que la main du blond surgit pour venir subtiliser sa cigarette. Il lui céda sans rien dire, obliquant son regard vers lui. Le regardant porter celle-ci à ses lèvres. son regard se détachant pas de ses lèvres.

Il serrait temps de revenir sur terre peut-être? Quelle heure était-il? Matty s'en foutait non il avait pas envie d'y retourner. Il était bien sur ce toit, perdu en pleine campagne. Non pas perdu, juste à des kilomètres de Bristol. Il se tourna, Eden allongé de coté lui faisant face. Il le regarda s'approchant tandi que le blond avait la clope entre son index et son majeur. Il se pencha pour prendre la clope entre ses lèvres, la bloquant avec ses lèvres il lui repiqua innocemment. Tirant dessus il inspira puis la reprit normalement et expira la fumé dans le visage d'Eden. Il le regarda avec sérieux, aucun sourire amusé. Le faisant strictement exprès; il savait que tous le monde ne savait jamais à quoi s'attendre avec lui. Il en jouait, il avait une envie folle de lui sourire, avec ce sourire si chiant, si drôle, provoquant, mais non il restait sérieux en apparence. Il lui tendit la clope son geste étant joueur.

___________________________

    ♛ MATTHEW WOLDEN « Alors moi je t’ai cru. A chaque fois que j’essaye de passer à autre chose, tu es là. Alors réfléchis bien. Interroge ton cœur, je sais que tu en as un. Et dis-moi si les sentiments que tu as pour moi sont sincères ou si tout ça n’est qu’un jeu. S’ils sont sincères, on trouvera une solution.... 3 words, 8 letters and I’m yours. »« Ce n’est qu’un jeu. Je déteste perdre. Tu peux partir. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eden Lauhs
    ♣ I can live until my thirty five years. It's the death statistics

avatar

ϟ messages : 728
ϟ pseudo : tsu/cam
ϟ crédit : tsugaa
ϟ célébrité : Paul Boche

Almost honest
relationship:
niveau de débauche:
75/100  (75/100)

MessageSujet: Re: de toute façon partit pour comme ça l'est... ( close )   Sam 2 Oct - 16:39



Il se retourne vers moi avec sérieux et me reprend la cigarette avant de ma la tendre à nouveaux. Son visage est d'un absolue sérieux, aucun sourire. Je tire une seconde fois sur la cigarette en me demandant tout à coup si le rêve ne vas pas viré au cauchemar. Ce qui serais tout à coup plus réaliste. Une sacrée chut libre, une sacrée baffe certes. Mais beaucoup plus réaliste oui. Je lui souris avec indécision en lui rendant à mon tour sa clope . Je marche sur des oeufs depuis le début de cette soirée c'est vraiment désagréable. Est-ce qu'une simple précision, une simple attitude un peu moins changeante serais possible venant de Matt ? À bien y réfléchir bien sur que non. je me redresse d'un coup de hanche en position assise. Me plaçant jambe croisé à l'indienne je ferme les yeux en me tournant vers le vide sombre de la nuit, essayant de remettre un peu d'ordre dans mes pensées. Pour cela d'abord je me concentre sur mes sens. Les odeurs de nature, humide et endormis qui me parviennent. Herbe, terre mais aussi celle de matt que j'essai méthodiquement de chasser en me focalisant sur les autres. Ensuite il y a la fraicheur de l'air qui nous enveloppe. Comme un cocon solide de part son obscurité, l'atmosphère est aussi extrêmement tangible par sa douce froideur. Mon coeur qui pulse à un rythme rapide, soutenue par le stresse en pique que je ressent vis à vis de mon actuel situation. J'aurais bien envie en fait de partir m'isoler plus loin. Toute ma concentration s'évapore pour ne plus exister que sur cette envie. Filer à travers la nuit. Aussitôt pensé aussitôt fait. Je descend du toit de la voiture d'un bond et une fois au sol je m'éloigne rapidement de la voiture disparaissant alors dans la nuit opaque. j'avance à l'aveuglette cherchant à occuper tout mon esprit à cette sensation d'incertitude spatial plutôt qu'à celle affective que je ressent près de Matt. Je lui faisait dos avant de descendre de la voiture et tout s'étant passer en quelques secondes je n'est pas vraiment pris garde à son comportement. Une chose est sûre, j'aimerais beaucoup qu'il vienne me prendre la main pour me sortir de toute cette angoisse. En est-il capable ? Suis prêt à lui laisser la possibilité de me guider ?

c'est pas fameux pardon

___________________________

    Puisque ici les Dieux nous condamnent.
    Au nom de qui, au nom de quoi ?
    Moi, j'irai tué mon père.
    Non je ne suis pas un ange.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthew Wolden

avatar

ϟ messages : 235
ϟ pseudo : nevada
ϟ crédit : tsugaa
ϟ célébrité : sylvester ulv

Almost honest
relationship:
niveau de débauche:
98/100  (98/100)

MessageSujet: Re: de toute façon partit pour comme ça l'est... ( close )   Mar 5 Oct - 22:11


Matthew finit par reprendre sa cigarette quasiment terminée. LE temps passait si rapidement à ses yeux. Il la termina et la jeta par au sol plus loin, fixant le ciel de nouveau. Son regard attiré par les mouvements d'Eden, il le regarda revenir en position assise. Fronçant un sourcil il l'observa assis bien droit. Lui tournant presque le dos, Matty du se pencher un peu pour le regarder et voir qu'il avait les yeux fermé. Il agita une main devant lui réalisant que le blond était concentré. Sur quoi? Bon question, il faillit reposer de nouveau ses lèvres sur celle de son homologue mais se retint en se giflant mentalement d'être tant accro à ce mec. Il se reposa sur le dos, fixant le ciel. Au pire lorsqu'Eden aurait finit... Matt' regardait le ciel, ces centaines d'étoiles qui brillaient. Il se sentait d'un coup bien seul; perdu de toutes ses convictions. Ayant lâché le seul truc qui lui avait permit de tenir si longtemps, son égo, sa méchanceté, son intouchabilité. Bon le dernier mot est pas totalement français mais il existe donc autant s'en servir. De plus Matty était en effet persuadé et avait prouvé qu'il était facile d'être intouchable si on contrôlait les autres. Pourtant avec ce blond avec ce mec pourtant si insignifiant, il avait tout abaissé. Et si Eden n'en n'avait pas conscience Matt' lui en prenait clairement l'ampleur de la chose. Mais allait droit au mur ou arriverait-il à poursuivre sans aller droit sur la catastrophe? Ça il l'ignorait encore.

Eden se leva d'un coup, surprenant Matty qui fronçant un sourcil n'eut le temps de rien dire avant que le blond soit au sol et s'enfonce dans le noir. Que s'était-il passé? Pour réagissait-il ainsi? Matthew fixa le noir, se disant qu'il avait cas se démerder seul. Il avait toujours pensé ainsi, il se débrouillait seul et n'avait d'aide fournir pour personne. Que les autres se démerde seul. Il se rallongea regardant le ciel encore une fois. Seul sur le toit, dans l'obscurité. Pourquoi avait-il réagit ainsi pour Eden? Qu'y avait-il chez ce blond pour lui faire perdre à ce point les pédales, la tête et son cœur ? Il ne l'avait jamais vraiment regarder comme une personne capable de le séduire; pour lui il avait toujours été le gosse pot de colle; et plus tard le mec à fuir. Fuir mais pourquoi ? Peu à peu les doutes sur cette réaction devenaient trop clair, bien trop clair pour le jeune homme . Sentant aussi la cocaïne disparaitre peu à peu de son esprit. Bientôt il redeviendrait lucide. Ses sentiments cesseraient-ils avec l'effet de la drogue? Serrait-il libre de nouveau? Lavé de toute inquiétude pour ce blond? Il se leva et sauta à terre. Sachant très bien se qui se passerait lorsque la coke aurait finit tous son effet. Il avança dans le noir, se fiant à son ouïe, repérant les sons autour de lui. Combien de fois étant gosse avait-il marché la nuit ? Avec le temps il avait arrêter, finissant par marché la nuit mais totalement défoncé. Là il retrouvait les sensation de l'enfance, l'impuissance face au noir, les bruits aux alentours. Inconnus. Il reconnut des pas, une respiration. La lune le discernant légèrement, trop légèrement. Était-ce lui? Le reflet blond ne le trompait pas. Il s'avança. En silence, il avait toujours été doué pour passer inaperçu ? Un grand paradoxe lorsqu'on savait que maintenant Matthew Wolden était jamais invisible, toujours connus, reconnut, interpellé. Être vu, voila le crédo. Et pourtant... Avançant il le rejoignit, glissant ses doigts dans les siens. Il était foutu et là il n'y avait plus de retour en arrière. Quitte à se damner autant le faire avec application; tel était le proverbe et il ne l'avait jamais autant approuver que maintenant. Il posa sa tête sur l'épaule de blond, son visage vers son cou, son cœur dans ses narines. Derrière lui, tel l'image de couple, du mec gentil et câlin qu'il n'était pas, qu'il n'avait jamais voulut être. Jamais voulu... Mais avait-il le droit de tout diriger? De tout décider? ...

___________________________

    ♛ MATTHEW WOLDEN « Alors moi je t’ai cru. A chaque fois que j’essaye de passer à autre chose, tu es là. Alors réfléchis bien. Interroge ton cœur, je sais que tu en as un. Et dis-moi si les sentiments que tu as pour moi sont sincères ou si tout ça n’est qu’un jeu. S’ils sont sincères, on trouvera une solution.... 3 words, 8 letters and I’m yours. »« Ce n’est qu’un jeu. Je déteste perdre. Tu peux partir. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eden Lauhs
    ♣ I can live until my thirty five years. It's the death statistics

avatar

ϟ messages : 728
ϟ pseudo : tsu/cam
ϟ crédit : tsugaa
ϟ célébrité : Paul Boche

Almost honest
relationship:
niveau de débauche:
75/100  (75/100)

MessageSujet: Re: de toute façon partit pour comme ça l'est... ( close )   Sam 9 Oct - 23:50




Mon esprit s'envole au loin, traversant les âges un petit enfant je redeviens. Une odeur d'encens et de cire boisée me prend au nez. Un silence brisée par les psalmodies latines d'un homme en longue robe noir. Un curé. Tout autours un murmure surnage au milieux de cette ambiance lourde et feutrée. Les fidèles prient. Un Dieu aux lois sans prix. Des foulard sur les cheveux, des pantalons de velours et des petite robes aux fleurs bleus. Ils se ressemblent tous telle une marée de clones lobotomisés. Ils me font peur. Leur abnégation aveugles me donnent des frissons. Du haut de mes 8 ans déjà, leurs entêtements intolérant me traumatise. Tous ses gamins embrigadés comme dans un nouveau régime totalitaire. Celui de notre père... Moi je me revoit, assis sur un banc inconfortable, l'aire glacée de leurs auras d'adorateurs pénètre ma chaire comme autant de lances empoisonnées. J'en fait un peu trop peut être. Disons qu'à ce moment là je ne connaissais pas ce genre de mots pour pouvoir exprimer ainsi mon mal-aise. Mettre des mots sur mes maux. Mais alors que là dans cette nuit où tout vacille dans une irréalité déconcertante, l'ampleur de mon mal-être d'enfant me reviens en pleine gueule. Je me sent tangué, emporté un peu plus loin dans ce flash back doux-amer. La porte du bâtiment s'ouvre, et comme si l'on avait brisé les murs de ma prison un poid s'enlève de ma poitrine. Alors une fois la cérémonie commencée, on peux quand même entrée ? Ou sortir ? Je tournais un regard interloqué vers l'arrivant, découvrant avec surprise un enfant d'environ mon âge. Il avait l'aire sale et arrogant des gosses pas cathos pour deux sous, trainant seul dans les rues des villes. Voila ce qu'aurait dit ma mère. Moi instantanément je remarqué son assurance. Il observe avec un intérêt détaché, comme un bande de fourmis, les croyants qui s'amoncellent à ses pieds. Car même petit il me semble déjà si grand. Je lui dépose sur la tête une couronne de lumière et même avec les années, avec le mal fait, cette conasse continuera de briller. Nos regards se croisent, je me sent happé. Coulant au fond de l'abime bleus de ses pupilles tout se dilue dans cette nuance azurée. Quelqu'un soudain m'attrape la main. Je sursaute. Un matty plus grand viens d'arrive à ma hauteur. La clarté de notre rencontre, anonyme et distante laisse alors place à l'obscurité enlacée de notre actuelle intimité. Sa tête qui viens sur mon épaule, un geste de tendresse dans le noir. Je me sent fondre. Me tournant pour venir le prendre dans mes bras, je luis laisse la tête dans mon coup et perd mes doigts libre au milieux des ses cheveux. J'ai toujours pas le droit de parler ? Parce que là on ne s'embrasse plus alors...je lui demande du bout des lèvres. À cet instant j'ai l'envie de me laisser entrainer par lui. Après tout n'est-ce pas ui depuis le début qui dirige tous ? Nos rapprochement comme nos indifférences. Il est l'instigateur, le tortionnaire auquel on se plie par espoir qu'ainsi il nous sourit. Bien sûre je rêve de tellement plus qu'un sourire. Un baiser, une étreinte volée. Des caresses échangés, des promesses chuchotées. Une désir d'éternité dans nos doigts si étroitement liés. Mais y sommes nous, nous enfants de la déchéance adolescence morte avant vingts ans, destinés ?

___________________________

    Puisque ici les Dieux nous condamnent.
    Au nom de qui, au nom de quoi ?
    Moi, j'irai tué mon père.
    Non je ne suis pas un ange.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthew Wolden

avatar

ϟ messages : 235
ϟ pseudo : nevada
ϟ crédit : tsugaa
ϟ célébrité : sylvester ulv

Almost honest
relationship:
niveau de débauche:
98/100  (98/100)

MessageSujet: Re: de toute façon partit pour comme ça l'est... ( close )   Dim 10 Oct - 0:38


Ce souvenir? Comment l'oublier? Même pour Matt' qui arrivait facilement à faire le tri, même pour lui celui-ci depuis plusieurs temps revenait le troubler. Cette journée là, alors qu'il n'avait rien à faire. Alors qu'il tournait en rond, il avait été intrigué par cette église, par ce monument imposant comme prit par une corde qui l'aurait tiré jusqu'à cette porte. Et il l'avait tiré, interrompant leur messe. Il avait été fière de voir tous ces regards tournés vers lui. Il y avait là que des clones, une armées de clones près à frapper au moindre faux pas. Puis il y avait eut son regard, ses cheveux, son visage. Alors au lieux de faire un scandale, il avait été s'assoir au fond, comme un vautour qui guète le moment de tout briser. Mais il n'avait rien fait. Et dès les premières seconde Eden avait commencé à l'apaiser. Il l'avait attendu à la sortie puis l'avait regarder passer. Ce gamin, ce gosse bien éduqué. Il avait finit par se demander pourquoi il était resté là et avait tourné les talons. Il aurait du faire esclandre ce jour là, foutre le bordel, se casser ensuite. Et Eden l'aurait jamais regarder plus de quelques minutes, il se serrait souvenu de lui comme un co**ard peut-être. Et il n'y aurait pas eut tous cela, pas eut toutes ces années. Pas eut un gamin l'idolâtrant, pas eut les fuites, pas eut Matty entrain d'essayer de l'impressionner, de le dépraver, de l'envoyer chier. Et il n'y aurait pas eut la nuit en boîte, le coup de poing, le sang, l'hôpital, la voiture, ses lèvres, son odeur, cette nuit. Il n'y aurait jamais eut ces p*tain de sentiments. Il n'y aurait pas eut cet instant, sa main se glissant dans la sienne, et lui posant sa tête sur son épaule. Il n'y aurait pas eut Eden se retournant doucement et le prendre dans ses bras. Matt' n'aurait pas glisser ses bras autour du corps d'Eden, cherchant à rester près de lui. Ni cette main dans ses cheveux, cette odeur qui s'insinuait encore une fois à lui avec l'amer promesse que plus rien serrait pareil, et que son absence serrait un manque pire que l'héroïne...

J'ai toujours pas le droit de parler ? Parce que là on ne s'embrasse plus alors... Sa voix près de son oreille, calme, il sourit doucement. Un léger soupire de rire se glissant entre ses lèvres. Il ne bougea pas, gardant sa tête sur son épaule, près de son cou. Parler. Matt' n'avait jamais su parler, il aimait pas parler, car parler c'était dire, c'était exprimer, c'était laisser aux autres voir. Alors il se taisait, tous le temps, laissait les autres parler, fuyait. Oui...mais sauf si ce sont des co**eries... répondit-il au bout d'un moment, dans un chuchotement; assez distinct mais pas à voix haute. Sa voix lointaine, mais si présente. Perdu entre deux monde, celui d'Eden et celui qu'il avait eut durant toutes ces années. Si il se mettait à parler Matty le ferrait taire, d'une manière ou d'une autre. Bien qu'il avait son idée, ce soir ayant trouvé le moyen de le faire taire, moyen que lui aussi en même temps appréciait particulièrement à son grand désarroi.

___________________________

    ♛ MATTHEW WOLDEN « Alors moi je t’ai cru. A chaque fois que j’essaye de passer à autre chose, tu es là. Alors réfléchis bien. Interroge ton cœur, je sais que tu en as un. Et dis-moi si les sentiments que tu as pour moi sont sincères ou si tout ça n’est qu’un jeu. S’ils sont sincères, on trouvera une solution.... 3 words, 8 letters and I’m yours. »« Ce n’est qu’un jeu. Je déteste perdre. Tu peux partir. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: de toute façon partit pour comme ça l'est... ( close )   

Revenir en haut Aller en bas
 
de toute façon partit pour comme ça l'est... ( close )
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Ronin Yamaguchi(Termine)
» S.H.N ♣ Dans nos ténèbres, il n'y a pas une place pour la beauté. Toute la place est pour la beauté.♥ FINSISH
» « Dans nos ténèbres, il n'y a pas une place pour la beauté. Toute la place est pour la beauté. » | Caranthel
» Choix au repêchage de toute les équipes pour 2021
» Parce que toute histoire a un début. (Elisabeth)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♣ Chess mess :: ♣ see you in hell :: corbeille. :: archive rp-
Sauter vers: