AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 PRETENDING THAT EVERYTHING'S COOL | JJ & LISA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lisa Cook
    lisa ♦ psychotic british

avatar

ϟ messages : 253
ϟ pseudo : ANNE+NANA

Almost honest
relationship:
niveau de débauche:
100/100  (100/100)

MessageSujet: PRETENDING THAT EVERYTHING'S COOL | JJ & LISA   Jeu 26 Aoû - 19:33



    « Pretending that everything is cool » JJ & LISA


    « C’est intéressant, les idées que vous refouliez s’expriment dans ce rêve… »
    « Euh… j'ai juste vu ce putain de lapin sauter dans cette putain d'écurie. Vous êtes en train de vous foutre de ma gueule. »
    « Mademoiselle Lisa, il faut que vous admettiez que votre cursus psychologique est difficile à cerner mais dans vos rêves on retrouve à chaque fois l’importance que vous accordez à la famille. »
    « ALLEZ-VOUS-FAIRE-FOUTRE ! J’m’en fou ! J’m’en fou okay ?! »
    « Lisa, Lisa, calmez-vous. »
    « Non, laissez-moi. J’me casse. Vous me faites tous chier. »

    Bruit sonore. Elle s’était levé cognant son poing contre le mur. La jeune Cook regarda droit dans les yeux son psychiatre. Derrière ses grosses lunettes il avait un sourire gras, qui essayait de se montrer chaleureux. Quel porc, pensait-elle intérieurement.

    A vrai dire, elle était resté enfermée dans cette salle bien trop longtemps. Trois quart d'heure. Peut-être même une heure. Ou toute une vie, selon elle. Lisa était à deux doigts de passer à une phase maniaque. Le souffle court, elle se dirigea vers la porte mais le docteur Mizinyinski essaya de calmer le jeu. Sous son air dodu il avait une expression d’homme calme et sa voix avait toute la sagesse du monde. Fuck it.

    « La séance n’est pas fini, mademoiselle. Attendez un peu, nous… »
    « Eh bien je prend fin à la consultation ! »
    « Très bien. Très bien, il n’y a pas de problème, mais attendez. Nous pouvons trouver un compromis. »
    « J’veux pas. »
    « Et ce journal intime dont vous m’aviez parlé ? Venez, nous allons en discuter. »
    « J’vous l’donnerais pas, j’veux plus en parler j’vous dis ! FOUTEZ-MOI-LA-PAIX! »

    La porte se claqua. Sans croiser le regard des gens, elle sortit du centre psychologique. Les larmes montaient et son cœur bondissait d’une descente de montagnes-russes. Le sentiment d’être incomprise s’envahissait en elle et peu à peu ses yeux brillaient de pleurs. Elle s’assit sur ce banc, en se mettant en boule. Elle voulu pleurer, crier, hurler. Rien. Elle n’y arrivait pas. Que se passe-t-il dans sa tête? Elle se demandait encore si elle était folle. Personne ne comprend pourquoi sa douleur est vive est constante. Il s’agit de sa destinée. Elle est née pour mourir. Elle se sent vide. Tout ce qu’elle souhaiterait, c’est rester dans le noir. Oui, elle aimerait dormir et ne plus jamais se réveiller. Face à sa grande dépression, elle est seule.


Dernière édition par Lisa Cook le Ven 27 Aoû - 10:52, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonah Jeremiah Jones
    J.J« Unusual »

avatar

ϟ messages : 729
ϟ pseudo : Kynu'
ϟ crédit : ANNE+NANA
ϟ célébrité : Ollie Barbieri

Almost honest
relationship:
niveau de débauche:
15/100  (15/100)

MessageSujet: Re: PRETENDING THAT EVERYTHING'S COOL | JJ & LISA   Jeu 26 Aoû - 23:00

    Plus que quelque chose que j’ai pas envie de faire, un vrai fardeau : les rendez-vous quotidiens chez le docteur Felly. C’est quelque chose qui commence sérieusement à m’énerver, surtout qu’il m’inquiète pour rien, me force à prendre tout ces médicaments pour que j’aille mieux… Certes, cela ne peut pas me faire de mal, mais enfin, j’en ai marre tout de même. Mai enfin, ma mère insiste, donc je ne peux rien faire, même à mon âge… J’aimerai qu’elle puisse enfin se reposer et arrêter se penser à mes problèmes liés à mon DSM IV, enfin, ma maladie quoi, plus connue sous le nom de syndrome geek pour certains… Faut pas abuser non plus, syndrome geek c’est un peu poussé. Autant le dire par le vrai nom, non ? Syndrome d’Asperger… Autant ne pas cacher le nom que ça à, même si cela peu effrayer les autres. Bon, d’accord, ça affecte ma vie sociale, j’ai des mimiques faciales étranges des fois, mais enfin, je pense que de vrais amis peuvent passer au-delà de tout ça, non ? Cook et Freddie ont réussis eux… M’enfin, j’m’y perds et je vais plus savoir où j’en étais. Donc je disais que j’en avais marre. Oui, et donc aujourd’hui, c’était une fois de plus la même chose. « Il ne faut pas t’inquiéter JJ », ou encore « Prends donc ces pilules, elles t’aideront à aller mieux. ». Et moi, comme l’idiot que je suis, je ne dis rien. Je me contente de prendre la boîte et de la rajoutée parmi toutes les autres. Il arrive que je m’énerve, que je lui envoie les médocs dessus, mais finalement, je suis contrains de partir avec. Je m’y fais, avec le temps. Aujourd’hui, j’ai eu le droit à la réplique sur l’inquiétude, il m’a pesé, il m’a mesuré, et comme d’habitude, je m’inquiète. Pourtant, tout cela est habituel, non ? Il faut croire que c’est pas encore assez pour moi.

    Sortie du cabinet. Relax. Calme. Je me dois de me calmer même si j’ai fortement envie de crier, de dire tout ce que j’ai sur le cœur et d’envoyer voler le premier objet qui me passe sous la main. Mais je me calme, après tout, une partie de mes pilules est faite pour ça, non ? Enfin normalement, j’ai jamais eu l’impression de me sentir plus calme en fait, maintenant que j’y pense. Mais il faut croire que ça marche, même si je fais toujours des crises totalement incontrôlables. Mais là, calme. Je me calme et me contente de sourire. J’avance tranquillement dans les couloirs du bâtiment, bâtiment que je connais par cœur depuis le temps où j’y vais. J’avais l’habitude de voir les mêmes personnes, de dire bonjour aux gens de l’accueil. Et aujourd’hui, je vois sortir quelqu’un en trombe, claquant la porte derrière elle. C’est normal me direz-vous, et moi, je vais vous répondre que oui. Donc dans le fond, tout va bien. Mais enfin, la silhouette me parait familière, enfin j’la connais quoi. Je m’arrête et je réfléchis. Qui peut être là ? Là, personne ne me vient à l’esprit, je suis pas habitué à voir beaucoup de monde que je connais ici. Réaction. Je suis la personne en question jusqu’à l’extérieur et me rend enfin compte que c’est vraiment quelqu’un que je connais, que je ne me suis pas trompé. Enfin, il me semble que je la connais, parce que vu la façon dont la personne est installée sur le banc, je risque pas de voir grand-chose. Au pire, si je m’approche, qu’est-ce que je risque ? On a déjà l’air ridicule quand on sort de cet endroit, donc bon… Je m’assois sur le banc, me contente de ne rien dire même si je meurs d’envie de faire quoique ce soit. Je sais que j’en suis incapable pourtant. « … ça va ? ». Bien sûr que non, ça ne vas pas, et j’en suis conscient. Mais je ne trouve rien de mieux à dire…


Spoiler:
 

___________________________

    NOT THE SAME AS BEFORE ♣️ everything
    is changing with the time. Friends, life. But I still got
    friends in who I can count everyday. I need them.
    They're just my eveything...♣️

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lisa Cook
    lisa ♦ psychotic british

avatar

ϟ messages : 253
ϟ pseudo : ANNE+NANA

Almost honest
relationship:
niveau de débauche:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: PRETENDING THAT EVERYTHING'S COOL | JJ & LISA   Ven 3 Sep - 19:51

    La phase dépressive se mettait en route. Lisa se met à penser, la tête plongée contre le creux de ses mains. Elle reste enfermée dans son enfance, seule et rejetée. Un beau jour un médecin a collé sur son front qu’elle était maniaco-dépressive. Dans un autre vocabulaire : démente, insensée, insane, folle, tarée, déjantée, incontrôlable. Personne ne peut comprendre à quel point il est douloureux d’avoir ces démons dans le ventre. C’est comme si chaque heure on lui coupait les ailes, et qu’elle tombait à terre.

    Et puis comme si elle s’éveillait d’un terrible cauchemar, elle sent une voix derrière elle. Une voix familière qui lui demandait si… elle allait bien. Ses bras entouraient ses genoux et ses cheveux cachaient la moitié de son visage. Intérieurement, elle eut un sourire. Elle savait qui était venue la voir. A cette heure-ci, à cet endroit précis… il ne pouvait s’agir que d’une personne.

    « Ouais, ouais. »

    Souffle-t-elle, dans un mensonge incertain. JJ était venu l’épauler. JJ, Jonah Jeremiah. Seulement Lisa préférait l’appeler simplement Jonah. D’ailleurs elle est sans doute une des rares personnes qui le fait. Elle sentait sa présence derrière son dos. Elle pourrait le reconnaitre à mille lieux. Lui aussi venait souvent à ce centre psychologique. Il était atteint du syndrome d’Asperger. En y repensant, ce nom est plutôt ‘‘cool’’. Ça fait penser aux légumes. Lisa n’avait jamais vraiment compris ce que ce syndrome déclenchait. JJ était juste un hyperactif surdoué. Il parlait aussi vite que défilent ses pensées.

    « Rappelle-moi pourquoi on vient encore ici, Jonah ? »

    Demande Lisa, en désignant de la tête le bâtiment. Au début ce n’est pas facile de venir ici, parce qu’on a l’impression d’être fou/folle. Puis à force on s’y fait. Et un jour comme ça, on pète un câble. Pour Lisa il est clair que personne ne se préoccupe de sa maladie. On lui fait croire que tout ira mieux. Les médecins lui prescrivent des médicaments qui lui permettront de mieux vivre sa vie. Conneries.

    La vie. Qu’est-ce que la vie après tout ? On nous la donne, comme ça sans qu’on nous le demande. Puis on nous la reprendre, comme ça sans qu’on nous le demande. Pourquoi ne pourrions donc pas y mettre fin nous-mêmes ? On n’y dépendrait de plus personne. Telle était l’obsession de Lisa de jour en jour : mettre fin à ses jours. Il lui arrivait des fois d’assister aux enterrements sans qu’elle ne connaisse le défunt. Alors elle se plongeait dans une tristesse tout au fond de son âme, sans qu’aucune larme ne coule sur son visage. Elle tourne le dos à la vie. Psychologiquement ça ne tourne pas rond, non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonah Jeremiah Jones
    J.J« Unusual »

avatar

ϟ messages : 729
ϟ pseudo : Kynu'
ϟ crédit : ANNE+NANA
ϟ célébrité : Ollie Barbieri

Almost honest
relationship:
niveau de débauche:
15/100  (15/100)

MessageSujet: Re: PRETENDING THAT EVERYTHING'S COOL | JJ & LISA   Lun 6 Sep - 21:02

    J’étais près de Lisa, me sentant inutile mais essayant de me faire réconfortant bien que je sache parfaitement que je n’arrive jamais à réconforter qui que ce soit. Je voulais dire quelque chose, j’attendais qu’un élan de courage se fasse sentir pour essayer de sortir un son, mais rien, vide, silence. Je me contente de la regarder, bien que j’aperçoive que légèrement son visage. Elle me glisse alors deux mots, deux simples « ouais » qui me prouvent parfaitement qu’elle me ment. Mais, finalement, même sans y réfléchir, on voit parfaitement qu’elle ne va pas bien. Si elle était bien, elle serait probablement en train de me parler, avec un sourire et ne serait pas recroquevillée sur elle-même sans même m’avoir regardé lorsque je lui ai parlé. Donc non, Lisa ne va pas bien. Je souris alors, je ne sais pas trop pourquoi et cherche quelque chose à dire mais en vain. Comme tout à l’heure, enfin, quelques minutes auparavant, rien, silence total.

    « Rappelle-moi pourquoi on vient encore ici, Jonah ? ».
    J’entends enfin une phrase construite. Mieux que les deux mots qu’elle m’a dit tout à l’heure. Mais enfin, je pense que ce qui me rend plus souriant et surtout, en quelque sorte, plus heureux, c’est le fait que quelqu’un m’appelle enfin par mon prénom, enfin, mon premier prénom. Pas de JJ, de J’, ni de triple J ou de surnoms divers, non, là, c’est juste Jonah. Lisa est une des rares personnes à m’appeler comme ça, voir même la seule. Sans compter ma mère, bien entendu, parce que là… c’est différent. M’enfin, une personne que je considère comme une amie, avec le temps, qui m’appelle comme cela, il y a vraiment de quoi se sentir content. Etrangement, à chaque fois qu’elle prononce mon prénom, j’ai comme l’envie de sourire, mais je risquerai de passer pour un idiot plus que je ne le suis vraiment. Et si je répondais à sa question ? Sinon, cela ne servirait absolument à rien qu’elle me la pose.
    « Et bien dans un premier temps, je pense qu'on vient ici parce que notre famille nous force à le faire et… et aussi parce qu’on a pas vraiment le choix.. »
    Je regarde alors ce vieux bâtiment où je suis forcé d’aller quasiment toutes les semaines puis reprend la parole.
    « Mais en y réfléchissant ne serait-ce qu'un peu plus, c'est aussi parce qu’on veut être comme les autres, non ? »
    . Oui, comme les autres. Même avec le temps, je ne me considère pas comme quelqu’un de normal, je suis qu’un gamin qu’on force à prendre des médicaments pour qu’il aille mieux alors qu’il est même pas sûr d’aller mal. C’est totalement ridicule, n’est-ce pas ? Mais pourtant, c’est ma vie et je me fais à tout cela, avec le temps. Je repose alors mon regard sur mon interlocutrice, et souris, même si je ne suis pas sûr qu’elle le voie. Mes réponses ne l’ont probablement pas rassurée. J’en suis quasiment persuader, au moins à 98.7 %. Il reste une part d’hésitation, comme toujours…


___________________________

    NOT THE SAME AS BEFORE ♣️ everything
    is changing with the time. Friends, life. But I still got
    friends in who I can count everyday. I need them.
    They're just my eveything...♣️

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lisa Cook
    lisa ♦ psychotic british

avatar

ϟ messages : 253
ϟ pseudo : ANNE+NANA

Almost honest
relationship:
niveau de débauche:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: PRETENDING THAT EVERYTHING'S COOL | JJ & LISA   Mer 22 Sep - 2:35

    « Non. Moi j’men fou de tout les autres ! J’suis pas le genre de nana à fumer des barres de shit pour que mes mains arrêtent de trembler… J’suis juste… moi. C’est comme ça, c’est tout. Ouais, c’est comme ça c’est tout. »

    Dit-elle finalement, comme si elle n’arrivait pas à trouver les mots exacts pour se justifier. Le lien en commun avec JJ et Lisa, est la maladie mentale qu’ils vivent depuis tout jeune. Et dans ce combat, il n’y a pas de lois ni de règles. Les médecins sont convaincus que se fondre à la société permettra de mieux les intégrer, mais ce ne sont que des conneries. JJ le sait. Lisa le sait. Tout le monde le sait. Voir aussi, comment vivre dans l’hypocrisie pour les nuls : tome 1. Parce qu’effectivement il ne s’agit que d’hypocrisie. Il faut arrêter de croire qu’il y a une norme à respecter pour les êtres humains.

    Pour Jonah, c’est différent. Il est persuadé d’être quelqu’un d’anormale. Et le regard des gens l’a sans doute poussé à croire qu’il l’était vraiment. A vrai dire, il réfléchit juste très vite. Il réfléchit vite, parle extrêmement vite. Parfois Lisa s’amuse à se cacher derrière la porte, histoire de l’entendre durant sa consultation.

    « Tu devrais pas venir ici. »

    Affirme Lisa avec force. Peut-être qu’elle ne connaissait pas assez la vie intime de JJ, mais en tout cas elle était persuadé qu’il n’avait rien à faire dans ce centre psychologique. Il n’avait rien de grave, il bug de temps en temps : c’est tout. Tandis qu’elle, eh bien, elle tentait de mettre fin à ses jours. Régulièrement même. Et pendant que le sablier du temps s’écoulait, le centre la poussait encore plus à accomplir cet acte.

    « J’ai toujours besoin… j’veux dire. Non j’ressens un besoin. Un putain de besoin horrible de faire du mal aux autres. J’y peux rien, tu vois. Si je déteste quelqu’un je ferais tout pour le faire souffrir. Je sais ce qui fait mal. Par exemple mentir, c’est quelque chose que je sais bien faire. Et puis je sais aussi voler les petits amis. Mettre des gens à dos… »

    La voilà reprise d’un monologue incertain. Elle parle d’elle, à sa façon. Le visage de la mauvaise Lisa parle.

    « Et puis tout les soirs c’est la même chose, je tourne en rond. Je tourne en rond durant des heures entières. J’sais pas pourquoi je le fais, mais j’le fais. J’y perds le sommeil. J’attends que le soleil se lève et à ce moment-là, je ferme les rideaux de ma chambre. Autrement je ne peux pas… tu vois ? J’peux pas dormir. »

    Après avoir fait du mal, Lisa regrette. Elle a encore énormément de mal à l’assumer. Avouer qu’elle regrette d’avoir fait du mal, c’est un signe de faiblesse.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonah Jeremiah Jones
    J.J« Unusual »

avatar

ϟ messages : 729
ϟ pseudo : Kynu'
ϟ crédit : ANNE+NANA
ϟ célébrité : Ollie Barbieri

Almost honest
relationship:
niveau de débauche:
15/100  (15/100)

MessageSujet: Re: PRETENDING THAT EVERYTHING'S COOL | JJ & LISA   Lun 4 Oct - 11:25

    Elle s’en fout des autres. Lisa se fiche des autres. Elle arrive à faire quelque que je n’arriverais probablement jamais à faire. Il est impossible pour moi de ne pas me préoccuper de ce que pensent les autres, de ce que font les autres. Leurs regards qui semblent m’éviter parce que je ne suis pas comme eux. Les autres. Peut-être devrait essayer d’arrêter d’y penser, même si ça me semble impossible à 99%... Le pourcentage restant est comme quelque chose que je n’atteindrai jamais, à moins que j’arrive un jour à me contrôler. Je compte donc cela comme nul à l’intérieur de moi-même.
    « Tu devrais pas venir ici. ». Voilà ce que Lisa me dit. Peut-être a-t-elle raison, mais ma mère ne pense pas pareil. Et comme l’idiot que je suis, je me contente de suivre ma mère. Je ne veux pas qu’elle passe le reste de ses jours à m’occuper de moi. Je veux réussir à devenir comme les autres, pour être capable de m’auto-gérer sans prendre des crises, sans lui demander de me poser des questions tout les soirs en rentrant. Je dois donc prendre mes médicaments pour cela… Sinon je resterais un gamin turbulent incapable de faire quoique ce soit.
    « Je suis obligé de venir là… je veux être normal tu sais, je veux être capable de faire les choses moi-même. ». Je ne suis même pas sûr qu'elle m'ait écouté. Mais je parle tout de même. De toute façon, je parle tout le temps, et on ne m'écoute que rarement.

    Et elle se remet à parler. Je l'écoute, attentivement, comme j'écoute tout le monde. Elle doit ressentir le besoin de parler, pour qu'elle s'ouvre ainsi à moi. Je ne sais pas vraiment conseiller les gens, mais enfin, j'aime les écouter et donner mon avis, certaines fois. Elle m'explique qu'elle a ce besoin de faire du mal aux autres, et qu'après, c'est elle qui a mal. Elle se fait du mal à elle même, mais en ressent le besoin. N'est-ce point étrange ? Sur ce coup, je ne sais que dire. Beaucoup de personnes refuseraient de rester avec Lisa, mais pourtant, malgré ce qu'elle vient de me dire, je reste là à l'écouter.« Mais… N’y’a-t-il rien d’autre ? Enfin je veux dire… Que… Si tu regrettes de faire du mal aux gens, pourquoi ne pas t’excuser ? ».


___________________________

    NOT THE SAME AS BEFORE ♣️ everything
    is changing with the time. Friends, life. But I still got
    friends in who I can count everyday. I need them.
    They're just my eveything...♣️

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: PRETENDING THAT EVERYTHING'S COOL | JJ & LISA   

Revenir en haut Aller en bas
 
PRETENDING THAT EVERYTHING'S COOL | JJ & LISA
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Holly Holliday ~ You don't have to be cool to rule my world
» Sauvetage raté (Alwin, Keylo, Lisa, Ilialis, Calista)
» Lisa Lewis (fiche refusée)
» LISA caniche toy noire 14 ans (21) ADOPTEE
» Bug avec les helms Casting up 30% Decrease Skill Cool down

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♣ Chess mess :: ♣ i knew you were going to bristol :: maybe you're crazy. :: Counselling and Psychology-
Sauter vers: