AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

  I feel like I wanna smack somebody

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: I feel like I wanna smack somebody    Lun 16 Aoû - 22:39


Se réveiller dans un lieu inconnu ne surprenait plus vraiment Velvet. Elle en avait tellement l'habitude, qu'à force ça devenait presque banal. Evidemment, il y avait toujours ce mystère, lorsqu'elle ouvrait les yeux et qu'elle se demandait où est ce qu'elle était exactement. Parfois, c'était dans un champs, parfois dans une salle remplie de cadavres - je tiens à préciser que c'est une métaphore, chose que je ne fais jamais donc.. bref - mais la plupart du temps la blondinette se réveillait dans un lit, aux côtés d'un inconnu. Elle avait quelques fois été déçue par son .. par son choix, enfin la qualité de son choix, mais ça n'arrivait que très rarement. En gros, même lorsqu'elle planait complètement, la demoiselle Kinsella avait toujours un gout extrêmement raffiné. C'était peut être un genre de don héréditaire.. Mark - le compagnon de sa mère - était plutôt séduisant, enfin pour une personne d'une cinquantaine d'année. Et puis, elle-même était jolie, soyons honnête, donc son père ne devait pas être très laid non plus. Un beau salaud ! Bref, je m'égare. Ce jour-là, lorsque Velvet ouvrit les yeux, elle ne vit que du blanc. Des murs blancs, des draps blancs, des rideaux blancs, overdose de blanc ! Merde. C'était l'endroit dans lequel elle aimait le moins se réveiller. Pas parce que c'était désagréable, non ; dans les hôpitaux on y prend soin des malades ! Mais on n'atterrit pas dans un endroit comme celui-ci par pur hasard, et encore moins par plaisir. Si elle se trouvait là, c'était très certainement parce que la jolie blonde avait, encore une fois, abusé. Des personnes qui étaient encore dans un état plus ou moins normal avaient dû la trouver allongée quelque part, totalement inconsciente. Elle ne perdait que très rarement connaissance, que lorsqu'elle ne mangeait pas avant. Or ce soir-là Velvet s'était sentie comme invincible, et avait décidé de ne pas manger. Oui mais, lorsqu'on pèse quarante cinq kilos toute mouillée et qu'on a le ventre vide, on ne tient rien du tout et on finit bien trop rapidement dans le coma. En plus, ces gens là, qui finissent par terre à 22 heures, gâchent souvent les soirées : la blondinette les a bien trop souvent critiqués, en disant que lorsqu'on ne sait pas faire la fête et bien on reste chez soi !

Velvet, ne tenant pas à rester toute la journée dans cet endroit qu’elle trouvait plutôt glauque – en même temps, qui n’a pas cet avis sur les hôpitaux ?! – se leva. Pas trop brusquement, pas trop doucement, juste comme il fallait. Elle enleva avec soin l’aiguille qui était plantée dans son bras et qui lui faisait horriblement mal. La jolie blonde ne se savait pas si douillette, pour une simple seringue ! Elle enfila ses vêtements de la veille. N’importe qui, à 50 kilomètres à la ronde pouvait sentir l’odeur d’alcool et de fumette sur ses fringues. Néanmoins cette odeur ne dérangeait absolument pas la demoiselle, elle s’y sentait comme chez elle. Une fois plus ou moins prête (elle n’était pas passée devant le miroir de la salle de bain, parce que sa tête demanderait certainement trop de temps. Enfin, comme une tête de lendemain difficile quoi !) Velvet sortit de la chambre, et marcha dans les couloirs, suivant les flèches qui indiquaient la sortie. Un peu d’air frais, elle en avait fortement besoin. Bordel, qu’est ce qu’elle se sentait mal. Elle avait dû faire très très fort la veille. Oh, et qu’est ce qu’ils avaient ces gros malades à la regarder ?! Peut être qu’elle pouvait passer pour quelqu’un qui faisait une simple visite. Peut être que sa tête n’était pas trop .. entamée ! Bref, la jeune femme était perdue dans ses pensées, et train de dévisager tous ceux qui la fixaient, lorsqu’elle percuta quelque chose. Ou plutôt, quelqu’un. Son sac, évidemment, tomba à terre. Et là ; c’est le drame. Son téléphone sort du sac, avec l’écran fendu. Putain putain putain ! Velvet était prête à tout supporter, sauf ça ! Non non non, son portable ne pouvait pas être foutu ! Non. Impossible. La blondinette se baissa pour le ramasser, avec son sac par la même occasion. Merde. Elle n’aurait pas dû se baisser aussi brusquement. Pour ne pas tomber, ou ne pas vomir, ou un peu les deux, elle appuya sa main contre le mur. Elle remonta le plus doucement possible, puis posa les deux mains contre le mur. Elle était à présent face au mur, regardant ses pieds. Le gros con qui avait fait tomber son sac était toujours là. Comme ses nausées avaient plus ou moins disparues, elle ouvrit enfin la bouche. « Mais vous êtes vraiment tous trop con dans cet hôpital ! Bordel, on vous a jamais appris à faire attention ? Hé oh mec, t’es pas tout seul, y’a d’autres gens avec toi. Putain mais quelle merde ! » Qu’est ce que Velvet pouvait être classe. Au top du top ! Evidemment, pour montrer au-gros-con-qui-avait-fait-tomber-son-sac qu’elle était capable de tenir tête à n’importe qui et de répéter son dialogue en le regardant droit dans les yeux, elle leva les yeux. Manquait plus que ça ; un Logan Poulsen.
Revenir en haut Aller en bas
Logan I. Poulsen
    LOGANThis is just a game...

avatar

ϟ messages : 156
ϟ pseudo : Kynu'
ϟ célébrité : Gaspard Ulliel

Almost honest
relationship:
niveau de débauche:
85/100  (85/100)

MessageSujet: Re: I feel like I wanna smack somebody    Mar 17 Aoû - 19:44

    En c’moment, j’crois que c’est pas le top dans la famille. En temps normale, en famille, on sort, on va au restaurant, on r’garde un film ou un joue à un jeu de société pourri pour nous occuper. Mais non, nous les Poulsen, on est des chieurs. Ouais, la passion dans la famille c’est traîner l’paternel à l’hosto’ pour voir si son état dût à l’alcool est pas trop grave. Et qui doit trainer l’vieux, bah moi, bien sûr ! Tout l’monde s’en fout du vieux, sauf pour demander de l’argent pour acheter la dernière voiture sortie chez LE fabriquant du moment. Alors c’est son fils qui s’en occupe alors que c’est même pas son vrai père. Il se met dans un état minable depuis qu’la mère l’a quittée, c’est une horreur, j’en ai franchement ras l’bol de le ramasser par terre tout les soirs… ou matins. Bon, okay, lui aussi il m’a ramassé dans un piteux état, mais moi au moins, c’pas tout les jours. Donc là, comme d’habitude, je l’ai traîné, on l’a foutu sur le brancard et il est dans la chambre habituelle. Et donc, comme d’habitude encore une fois, j’me casse avant qu’il reprenne conscience. J’en peux plus de l’entendre me sermonner sur le fait que j’devrais pas l’emmener à l’hôpital, qu’il s’en sortirait très bien sans moi, que j’suis qu’un sale fils incapable, que j’deviendrai rien. J’deviendrai ptet rien, mais au moins, j’serai pas un alcoolique moi.

    Je sortais de sa chambre, l’air dégouté comme d’habitude, et disais bonjour aux infirmières que j’connaissais maintenant assez bien, certaines parce que j’ai couché avec elle, d’autres parce qu’elles s’occupent de mon père. Ah, oui, j’ai couché avec des infirmières ! Pas les vieilles hein, mais enfin certaines sont assez jeunes, alors bon, on prend ce qu’y a ! Certaines sont mêmes plutôt mignonnes, mais enfin, elles ne restent pas des coups exceptionnelles, non. Elles ne valent pas Isaac, et encore moins William… Ah William… J’aimerai le croiser, là, tout de suite dans l’hôpital, le plaquer contre le mur et… Je m’égare, hum. Enfin, j’avançais, tranquillement, et là, c’est le drame : je percute quelqu’un. Au pire, j’m’en fous, mais les gens sont chiants quoi, putain, ils sont obligés de squatter en plein milieu du truc, ils font pas gaffent dans s’te connerie d’hôpital ?! Donc pour la prime, comme tout ado’ malpoli que j’suis, j’m’excuse même pas. Même si c’est une petite vieille, j’m’en fous au pire. J’voulais m’casser, mais bien sûr, la personne se rebella, comme si j’en avais quelque chose à faire. Mais vu la chance que j’ai en ce moment, il fallait que ce soit quelqu’un que j’connaisse. Velvet la chieuse. Ouais, la chieuse, plus chiante, j’sais pas si ça existe, sérieusement hein. Attendez, c’est la seule personne qui ose me tenir tête et qui me déteste pour rien. Donc ça fait que sur l’coup, eh ben j’peux pas me la supporter. Enfin là, c’est assez drôle de la voir par terre avec son cadavre de portable dans les mains. Aha, le portable si cher à toutes les petites gamines insupportables, cassé, brisé, excellent. Au moins, j’ai de quoi rire. Et c’est ce que je fais d’ailleurs, pour bien lui prouver que j’en ai absolument rien à foutre d’elle. Velvet se releva, elle est dans un état hilarant, obligée de se tenir au mur pour se relever. Même moi, bourré, j’suis pas dans un aussi mauvais état j’pense. « Putain gamine, j’en r’viens pas ! ». J’pouvais pas m’empêcher de rire en même temps que j’lui parlais. « Si tu voyais à quoi tu ressembles ! S’te tête ! ». Excellent, les cheveux mal coiffés et les fringues qui puent, j’l’avais pas vu comme ça, elle, la petite fille si parfaite, la voisine exemplaire.


    [HRP : désolé, l'inspiration était pas au rendez-vous aujourd'hui é_è ça sera mieux après =)]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: I feel like I wanna smack somebody    Mar 17 Aoû - 22:39

Hj:T'inquiète ton post était très bien :D

Qu'est ce qu'il foutait là ce mec ? Il la suivait ou quoi ? Sérieux, c'était tout de même une étrange coïncidence de croiser son voisin dans un hôpital non !? Enfin, s'il était là, c'était très certainement pour les mêmes raisons que Velvet. Soyons honnêtes, il jouait dans la même catégorie qu'elle ... voir même dans celle au dessus ! Oui c'est vrai ça, à côté de lui, la blondinette n'était qu'une inexpérimentée de ce qu'on appelle la gueule de bois. C'est d'ailleurs pour ça qu'elle le détestait ; parce qu'il passait son temps à avoir la gueule de bois. Pitoyable, non ? Enfin, à présent la jeune femme ne pouvait plus tellement le critiquer sur ce terrain - là. Parce que ... bref, passons. Tandis qu'elle s'énervait tant bien que mal - oui c'est assez difficile de crier sur quelqu'un lorsqu'on tient à peine debout - lui, il rigolait. Il se fendait la gueule, il se foutait ouvertement d'elle. En quoi la situation était-elle drôle ? Aucune idée ; mettons ça sur le compte de la coke qu'il avait trop pris tout au long de sa vie, et qui le rendait désormais fou. Enfin non, Velvet ne pouvait pas souhaiter quelque chose de la sorte à Logan même si elle le détestait, parce qu'elle ne tenait pas spécialement à devenir folle, et partir complètement en vrille pour le reste de sa vie. Ou peut être qu'elle l'était déjà et qu'elle était en train d'avoir une hallucination ? Sous le doute, la jeune femme décolla ses mains du mur et toucha avec son index le bras de son voisin, en le regardant d'un air accusateur. Génial, il était bien là, il était bien réel, et elle n'hallucinait pas. Par contre, à présent il la regardait bizarrement. Vite il fallait dire quelque chose ! « Heum je vérifiais juste que .. » Merde qu'est ce qu'elle pouvait sortir comme excuse dans un moment comme ça ? "Oh pardonne moi mon cher ami, tu as tout à fait raison, si je suis dans un état pitoyable aujourd'hui c'est parce que je crois que je n'ai pas vraiment récupéré de la soirée d'hier et là j'étais en train de me demander si tu étais bien là. Tu sais, si tu étais bien réel tout ça et si je n'étais pas complètement en train de débloquer." Hahaha jamais de la vie, plutôt crever ! Bref, la blondinette préféra changer de sujet. « Et puis ferme là, parle pas aussi fort tout le monde nous regarde maintenant ». Effectivement, tous les malades – ou pas – qui étaient dans le couloir les dévisageaient. Habituellement, Velvet n’était pas spécialement gênée par le fait d’être le centre de l’attention – enfin, je ne dis pas non plus qu’elle est du genre je-m’aime-je-me-kiff-et-tu-devrais-faire-pareil – mais là, lorsqu’elle était dans un état physique de la sorte, elle préfèrerait s’en passer. D’ailleurs qui ne réagirait pas comme elle ? Des gens normaux voudraient plutôt se la jouer discret lors des moments comme ça, mais non, il fallait absolument que Logan se foute d’elle. Dans un hôpital !

Auparavant, Velvet n’aurait rien dit, elle n’aurait pas relevé remarques de son .. meilleur ennemi. Elle était comme une petite fille soumise, et à mon avis ça faisait rêver Logan. Peut être que c’est ça, son kiff ; les gamines totalement soumises ! Enfin bon, même si elle le détestait, elle n’irait pas dire de lui que c’est un mec du genre pédophile ou pervers. Il n’avait pas une tête comme ça. Bref ; la blondinette le regarda droit dans les yeux, et lui dit, comme pour le défier « Ah ouais mec, tu veux vraiment t'aventurer dans ce terrain là ? » C’était surement la première fois qu’il la voyait dans un état comme ça. Enfin, qu’il la voyait concrètement dans un état comme ça. Parce que, c’est une possibilité qu’il ait pu apercevoir par sa fenêtre la jolie blonde lorsqu’elle rentrait de soirée. Disons que, c’est assez difficile de trouver son chemin, de marcher avec des talons, de mettre la clé dans la serrure, de ne pas rentrer dans les pots de fleurs, etc sans tomber, lorsqu’on voit tout flou. Du coup, peut être qu’il aurait pu, parfois, entendre des bruits de casse au milieu de la nuit. Mais on n’en était pas encore là, peut être qu’il n’avait rien vu du tout puisqu’il n’était pas très souvent chez lui, soyons honnêtes ! « Et puis ferme là sérieux la gamine tu sais pas pourquoi elle est dans un état comme ça, t’en sais rien du tout ! » Ouais ouais ouais jouer la carte du si-je-suis-épave-aujourd’hui-c’est-parce-que-j’ai-eu-un-accident-ouais-un-accident-de-voiture c’était la meilleure des solutions. Croisons tous les doigts pour qu’il avale cette connerie-là !
Revenir en haut Aller en bas
Logan I. Poulsen
    LOGANThis is just a game...

avatar

ϟ messages : 156
ϟ pseudo : Kynu'
ϟ célébrité : Gaspard Ulliel

Almost honest
relationship:
niveau de débauche:
85/100  (85/100)

MessageSujet: Re: I feel like I wanna smack somebody    Mar 17 Aoû - 23:39

    Rire, rire, rire, et encore rire. Je crois que c’est tout ce que je pouvais faire dans un moment pareil. Cette fille là, je rêve de pouvoir me moquer d’elle indéfiniment, et là, l’occasion était parfaitement tombée. Mon père m’avait tellement soulé que là, Velvet réussit à me faire rire pour une connerie pareille. Mais bon, entre temps, dès que je la vois, j’ai envie de la faire chier. Putain d’voisine, j’pouvais déjà pas la supporter quand elle était gamine, alors maintenant qu’elle commence à grandir, j’me la supporte encore moins. Alors bon, me moquer d’elle, je trouve sa fantastique, rien de tel pour passer un bon moment. Et là, j’pas trop compris pourquoi, elle se met à me toucher, tout doucement, sur l’épaule. Même mon père, bourré, est pas dans un état pareil, c’est hilarant. J’la regarde, les yeux grands ouverts et là elle me marmonne un truc pas trop compréhensible, et j’me remets à rire. « T’sais même plus ce que tu dis, excellent ! », et je ris, encore et encore. Voir Velvet dans un état pareil me fais un drôle d’effet. Le pire, c’est qu’elle commence à s’énerver. La ferme, qu’elle me dit. Nan mais elle se croit où la gamine ? Qu’est-ce que ça peut faire que tout le monde nous regarde ? C’est elle qui a la honte, moi j’suis juste un adolescent délinquant qui se fout d’la gueule de quelqu’un qui vient de se manger le sol méchamment. Au pire, je m’en fous totalement de ce que les gens peuvent dire, même s’ils me disent de la fermer, je continuerai de me moquer de Velvet.

    Velvet. C’est pas ridicule comme non ça ? Bon, okay, mon deuxième prénom est pas fantastique non plus, mais il a une histoire que là, Velvet… On dirait le nom d’un fromage hollandais, si si, j’vous jure hein, je trouve ça ridicule. Si c’est son vrai prénom, ses parents devaient vraiment être dans un sale état lorsqu’ils ont choisi de l’appeler comme ça. Velvet. Tout est ridicule en elle en fait, surtout là. Ses fringues pourries, ses cheveux mal coiffés, son prénom, l’allure qu’elle a, tout. Je crois que c’est pour ça que j’peux pas me la voir aussi. Elle a tout du ridicule, elle pourrait même jouer en temps que clown dans un cirque, même pas besoin de la changer pour ça ! Ahlala… J’arrête de rire un moment et j’regarde les autres autour de nous, et pour insister sur le ridicule, je leur fais un grand sourire. J’aime que les gens que j’apprécie pas aient honte. Et là, qu’est-ce qu’elle me sort en plus, sur un ton sérieux ? Que je sais pas pourquoi elle est là ? Nan mais sérieusement, pour qui est-ce qu’elle me prend ?
    « Rien qu’à te voir, j’peux deviner… ». Même avec son pseudo air sérieux, elle ne me fera pas croire que quelque chose de grave lui est arrivé. « Sérieusement, tu sens la vodka à trois kilomètres à la ronde, cherche pas des excuses, gamine. »
    Je l’ai toujours appelé gamine. Du plus longtemps que j’me souvienne, hein, elle est restée la gamine chieuse insupportable. Et elle a des amis, tenez vous bien ! Comment est-ce qu’ils font pour la supporter ? Elle leur joue la carte de regardez-moi j’suis toute gentille ? Putain, faut vraiment être con pour être ami avec… cette putain d’chieuse ! Ah, gamine… J’aimais la période où je pouvais lui dire quoique ce soit et elle se contentait de rien dire, ou alors de me regarder avec ces petits yeux, mais là, elle a du répondant, et c’est encore plus drôle, Ca fout du piment dans nos conversations, un jour, on va même finir par se battre si sa continue comme ça…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: I feel like I wanna smack somebody    

Revenir en haut Aller en bas
 
I feel like I wanna smack somebody
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 01. Girls just wanna have fun !
» I WANNA FEEL SOMETHING ➺ alexiane & ethan
» ➺ IF I'M GONNA DIE, I WANNA STILL BE ME.
» and we don't wanna go home - le 26/01 à 20h15
» [libre] I wanna be, the very best !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♣ Chess mess :: ♣ see you in hell :: corbeille. :: archive rp-
Sauter vers: