AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 i wanna live like a music. freddie mclair

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: i wanna live like a music. freddie mclair   Mer 14 Juil - 19:30

Il était huit heure du matin quand les rayons du soleil commencait a peine a percer dans la sombre chambre de la jeune Effy. Elle se reveilla avec joie. Et oui Effy n'était pas une personne qui aimait veiller. Elle sortit de sous la couette se dirigeant vers la salle de bain pour prendre sa douche. Elle était sortit a peine cinq minute après dans un peignoir. Elle reprit le meme chemin pour se faufiler dans sa chambre et fouiller dans son dressing pour se trouver un habit. Effy n'avait pas une garde robe remplit de vetement griffer comme toute les autres filles Elle avait pourtant les moyens mais bon elle savait ou mettre l'argent au bon endroit. Elle se dirigea donc vers sa pendrit pour y ouvrir les portes. Elle choisis un ensemble jogging bleue qui s'agencait magnifiquement a ses yeux. Cette ensemble composer d'une camisole et d'un short bermuda lui allait bien au teint. Elle avait prit une paire de basket, empoigna un élastique sur sa comode pour relever ses cheveux en une queu de cheval négliger. Plusieur couette sortait de l'élastique mais elle s'en fichait. Elle sortit de l'apartement fourrant au passage ses clés puis partit a la course.

Elle joggua asser loin jusqu'au Lac. Elle prit le temp de s'aretter sur une banquette pour soufler avant de repartir chez elle. Elle avait prit cette bonne habitude a tout les matins quand il faisait beau. Elle ferma les yeux laissant le vents soufler dans ses cheveux et froler sa douce peau de bébé. Elle se releva faisant quelque étirement pour repartir chez elle. Elle reprendrait une courte douche avant de resortir faire ce quel ne savait pas encore. Elle arriva finalement devant sa home sweet home,puis sortit sa cléf pour rentrer. Elle appercut sa mère qui venait de se lever qui passait la dernière touche de son maquillage en appliquant un gloss dont elle ne ménageait pas la quantité. Normale quel dépensait beaucoup d'argent pour des produits cosmétique et du linge. Elle passa un air absurde devant elle puis s'écrasa dans son lit. Elle prit un bouquin qui trainait sur la table de nuit pour en commencer la lecture. La porte claqua et un silence regna dans sa chambre. Effy fit un mince sourire puisqu'elle savait qu'elle était maintenant seule dans l'endroit. Elle sautilla en bas de son lit pour aller vérifier si la porte était barrer. Effy l'avait bien verouiller et elle tourna les talons pour reprendre une bonne douche froide.

A sa sortit, elle lanca son ensemble jogging dans le panier a lesive puis trotina jusqu'a sa chambre pour y prendre un nouvel ensemble qui n'avait rien de semblable a ce que sa mère avait mit pour sortir. Elle enfila un polo noir qui était signer Marc Jacob, problablement son seule chandail de marque, suivit d'une mini jupe caroter noire et blanche qui lui allongeait les jambes. Elle piqua une vieille paire de ballerine en satin noir Miu-Miu qui appartenait a sa soeur et qui lui faisait parfaitement. Satisfaite de son image dans le miroir elle peigna ses cheveux mouiller quel ne prit pas le temp de secher. Elle les laissait secher naturellement. De toute facon, c'est cheveux sechait et ondulait légerement dans le bas. Elle avait une envie folle d'écouter de la musique et vut quel était seule elle l'écouterait a fond dans l'appartement. Elle alla fouiller dans sa collection de CD qui n'avait pas été renouveller depuis quelque année et c'est ce qui dessina une mine surprise sur le visage de la jeune blonde. Elle savait qu'il avait un bon magasin de disque dans la ville et c'était la journée idéale pour aller y faire un tour.

Elle prit le temp de rentrer ses cléfs, son portable et un peu d'argent dans un sac en tissu noir puis fila a l'exterieur encore une fois. Elle décida qu'une bonne marche allait lui faire du bien et c'est ce quel fit. Elle savait que le discaire se trouvait dans le coin et elle avait encore une fois bien raison. C'est en tournant le troisième coin de rue qu'elle se retrouva en face du magasin. Un sourire B.A afficher a son visage, elle poussa la lourde porte du magasin et fit un signe de bonjour au vendeur puis se dirigea vers les CDs quel regardait un par un. Alors qu'elle allait prendre un CD, quelqu'un l'attrapa avant, ce quelqu'un n'était autre que Freddie, elle la fixait sans rien dire, et lacha le CD, pour qu'il puise le prendre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: i wanna live like a music. freddie mclair   Sam 17 Juil - 14:30

    Je rentrais chez moi dans les environs de sept heures. J’avais passé la nuit dehors, au Syndicate Superclub particulièrement. J’entendais encore la musique qui résonnait dans mes oreilles. Cette sensation était plutôt désagréable. J’avais mal à la tête et la seule chose dont j’avais envie était du calme. J’avais du rentrer chez moi à pied, ne trouvant pas de bus, et ça faisait trente minutes que je marchais pour regagner mon chez moi. Arrivé devant chez moi, je fouillais mes poches, les vidais même carrément. Mon portable, quelques joints, un briquet, une pilule – peut être de l’ecstasy – et des restes de tabac. Je refouillais une deuxième fois en espérant cette fois pouvoir en sortir mes clés. Je devais avoir fouiller mes poches une dizaine de fois avant d’arriver à la conclusion que je ne les avais pas. Et merde, il allait encore falloir que je réveille mon père. Je passais une main dans mes cheveux et me mis à taper comme un malade sur la porte. Au bout de cinq minutes, elle s’ouvrit sur mon père, en peignoir, les bras sur les hanches et même si j’étais encore dans les vapes, je voyais qu’il n’était pas content, voire pas du tout. Je le poussais légèrement pour pouvoir entrer, j’étais trop fatigué pour rester dehors. Mon père se mit alors à me reprocher de ne pas l’avoir prévenu avant de passer la nuit dehors, il se mit à râler à cause de mes yeux encore incroyablement défoncé et en montant les escaliers, je réussis à balbutier que j’étais vraiment fatigué et qu’on en parlerait quand je me serais reposé. S’il devait y avoir tempête, valait mieux la repousser autant que je pouvais. J’arrivais dans ma chambre et il fallut seulement que je m’allonge dans mon lit pour sombrer dans le sommeil, mes chaussures toujours aux pieds…

    Je me réveillais en sursaut. Je regardais la table de nuit et fixais le réveil qui affichait dix heures dix sept. Je me concentrais alors sur le trouble fête qui venait de rompre mon sommeil. Karen. Dans la chambre voisine, elle révisait, apprenait un texte. Après que la carrière de chanteuse de ma sœur n’ait pas aussi bien marché qu’elle l’aurait voulu, elle s’était rabattue sur le cinéma en ayant des petits rôles dans des pièces de théâtre et maintenant voilà qu’elle avait décroché un rôle dans ce mauvais film bon marché. Depuis, ne sortait de sa bouche que les phrases de son texte. Elle commençait à répéter à son réveil et finissait lorsque ses yeux ne tenaient plus ouverts. Et tout ça pour seulement quelques phrases dans un film de merde. Lorsque j’avais le malheur de donner mon avis et de dire ce que je pensais, elle répondait toujours qu’elle au moins ne passait sa vie à fumer des joints et qu’elle avait une vraie ambition. En général, elle attendait la présence de mon père, pour qu’il s’y mette lui aussi. Il nous comparait toujours tous les deux. Elle était l’enfant prodige et moi, le vilain petit canard. Peut être bien que je n’avais pas d’ambition, en même temps j’avais dix sept ans. A cet âge, on sait rien de la vie, on pense pourtant tout savoir, mais on sait rien, rien du tout, nada. Je me levais en me disais que finalement, si, j’avais peut être une ambition. Du moins, c’était la seule chose qui comptait en ce moment.

    Je pris une douche, histoire de me réveiller, et descendais dans la cuisine, en espérant que mon père ne serait pas là. J’allais encore avoir droit au même discours et à la phrase qui avait le don de bien me foutre les boules : « Tu penses que ta mère serait fière de toi comme ça ? ». Heureusement, il n’était pas à la maison lorsque je descendais. J’ouvrais alors tous les placards, à la recherche d’un truc que je pourrais manger. Avec la nuit que j’avais passé, je mourrais de faim. J’attrapais le paquet de céréales qui trônait sur le bar et en reversait dans un bol. C’était les céréales de Karen mais on s’en fiche, c’était pour m’avoir réveiller. Je remontais ensuite dans ma chambre pour m’habiller. J’enfilais le t-shirt bleu marine qui traînait près de mon lit et un bermuda noir que je pris dans mon armoire. J’enfilais mes Nikes, pris mes clés et sortis de chez moi. Je marchais dans les rues de Bristol, sans savoir vraiment où j’allais. Je serais peut être allé voir Cook si j’avais su où il se cachait. Il aurait obligatoirement trouvé comment nous occuper. J’étais même sûr qu’on aurait passé un bon moment. Comme avant. J’arrivais devant la boutiques de disques et hésitais un moment à entrer. Après tout, je ne savais même pas où j’allais alors autant entrer. Je vagabondais entre les allées, pensant qu’il serait bien tant que j’investisse de nouveaux cds. Mon regard fut attiré par une pochette on ne peut plus familière. Je me rappelle qu’on écoutait ce disque en boucle durant cette période où je passais mon temps chez Effy. On le mettait du début puis quand il se terminait, on le remettait, encore et encore. Je souris en pensant à ses moments. Alors que je tendais la main pour prendre le cd, une autre main se posa dessus. Je la regardais puis remontais jusqu’à son visage. Effy. Au début, je n’eus qu’une envie, la prendre dans mes bras et lui dire qu’elle m’avait manqué. Puis, je me ravisais. En fait, je ne savais même pas qu’elle était sortie de l’hopîtal. Personne ne me l’avait dit. Elle ne me l’avait pas dit. En me voyant, elle lâcha le cd. Je le regardais et hésitais à le reposer aussi. Puis, je levais la tête et on échangea un long regard. « Qu’est ce que tu fais là ? » Mon ton était froid, plein de reproches.
Revenir en haut Aller en bas
 
i wanna live like a music. freddie mclair
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» I just wanna live right now. Are you gonna be there for me? (Paxadee)
» Dedie a Joel/Voodoo music study makes Vatican Library
» Comparez la faillite de Fannie Mae et freddie Mac aux coopératives haitiennes
» Music Mania V
» Music is my life •

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♣ Chess mess :: ♣ see you in hell :: corbeille. :: archive rp-
Sauter vers: